http://ranxzevox.blogspot.fr

dimanche, mars 17, 2019

Last in Line - II


Aux temps bénis mais obscurs de notre glorieux Moyen Age, sûr que tous les membres de Last in Line, auraient bels et bien finis, purifiés par les flammes aimantes du bûcher...et ils l'auraient bien chercher...ça ne parle (presque) que de fantômes, (mauvais) esprits, soleil noirs et autres filtres maléfiques assurément baignés de bave de crapaud (non, ce n'est pas une perfide allusion!), brouillés de cheveux de pendu et surveillés par des chats plus noirs que le plus noir boulet de charbon.
Créé par les membres originaux de Dio, dont le très regretté Jimmy Bain, pour goûter à l'éternelle jeunesse et rendre hommage à une bien envahissante légende, les gars se sont pris au truc et quand le Def Leppard de Vivian Campbell leur en laisse le temps, ils nous sortent un disque et font quelques dates live pour combler l'emploi du temps.



Autant le dire tout de suite, je ne suis guère emballé par ce deuxième opus qui, bien que démontrant à chaque minute la virtuosité et la qualité des zikos, ne sort guère de l'amas de productions vintage rock qui pullulent en ce moment.

Bien qu'évidemment absent (et pour cause!), Ronnie James Dio plane sur l'ensemble tant l'ambiance générale reflète encore son univers de légendes et de maléfices.
Au micro, Andrew Freeman tient la maison sans faire oublier totalement son maître, mais sa voix puissante est intéressante, mais gagnerait à changer parfois de registre.

Rien à jeter dans ce creuset bien produit, mais rien non plus de vraiment inoubliable.
Un bon disque, quoi ! parmi tant d'autres...



lundi, mars 04, 2019

ZZ Top - La Grange




Ce post est dédié au BERLAFEUX qui pense que le titre  GIMME ALL YOUR LOVIN' est le morceau emblématique de ZZ TOP.

 Le BERLAFEUX s'arrête à la définition d'une  GRANGE ( un appentis d'un corps de ferme...)

 C'est à pleurer !

 

samedi, février 23, 2019

Picture



Faute de merles on mange des grives ( comme dirait E.PIGNON, l'avertisseur de la Renaut 4L de notre Police de proximité ).

Groupe hollandais, toujours actif mais sérieusement obscur des charts depuis ses débuts soit en 1979, à découvrir, c'est pas la révolution dans le palais mais quand on regarde les nouveautés qui sortent ce mois ci dans les bacs on peut se peler le jonc sans rougir...

 

lundi, février 18, 2019

SLADE

Bon,

On va la faire courte...  ( comme disait MARY QUANT, couturière Anglaise ).

Un LIVE d'enfer à l'époque ( 1972 ) avec un gros son graisseux qui sortait des amplis PEAVEY ( de mémoire )...

Enjoy !



dimanche, février 17, 2019

Michael Schenker Group



 Quand un vocal arrive à la fin d'une répét ....

 Shenker a toujours pas coupé ses cordes...

 

Whitesnake : Shut Up and Kiss Me


En amuse-gueule du très attendu (par moi, en tous cas ! ) "Flesh & Blood" qui devrait débouler sur le marché au mois de mai, Coverdale & Co nous teasent en postant sur la toile "Shut Up and Kiss Me" (ça ressemble davantage à un titre de Kiss qu'au catalogue habituel du Serpent Blanc, mais, enfin faut faire avec !).
C'est plutôt sympa à regarder et à écouter, ça a un arrière goût des années glorieuses de la fin des 70s, la voix bluesy du patron en moins, et ça a l'air bien parti pour nous rester dans le cigare sans qu'on aille le chercher sous les cendres...
La Jaguar Blanche est de retour et un défilé de créatures, toutes plus classieuses les unes que les autres, renforce le plaisir des oreilles par celui des yeux (les deux!).
David Coverdale est aussi doué pour le play-back que la Sylvie Vartan de l'époque de "L'Amour, c'est comme les Cigarettes" et certains mal-intentionnés, y'en a, diront que la comparaison ne s'arrête peut-être pas là...les médisants.




Tangier



 En 1989 un OVNI est passé dans le ciel de Pennsylvanie, TANGIER avec ses 4 roues motrices nous pond un album très épicé, avec des flavors du TEXAS, on a envie d’écouter à fond les décibels sur une route avec des nids de poule au volant d'un vieux truck équipé V8… Le son est plus orienté rock sudiste et la voix de Bill Mattson est davantage travaillée au bourbon. D'excellents titres figurent sur cet opus: du mélodique "Mississipi" à "In time", en passant par "Fever for gold", "Ripcord", le boogie endiablé "Sweet surrender", "Bad girl", "Southbound train" et la ballade "Four winds"; tous ces titres font mouche instantanément, donnent une irresistible envie de taper du pied et dégagent un feeling
ahurissant.


dimanche, février 03, 2019

Rival Sons



 L'Areonef de Lille, un soir en pleine semaine il y a quelques années... Je connaissais le groupe, l'ayant découvert sur une auto production sans support vinyle à l'époque. Ce soir la je me suis pris une belle claque qui m'a réchauffé mon doux visage poupin. Un seul regret, pas de rappel en fin de prestation. Revenons à nos moutons. La gestation de ce nouvel album fut difficile mais on ne le regrette pas ! Après un long trip en ouverture de la tournée du Black Sabbath, nos frères se sont posés pour vêler sans une certaine souffrance, ce retour aux racines du hard rock des 70 '

 

samedi, février 02, 2019

Inglorious : Ride to Nowhere (2019)


Troisième album pour "Inglorious", déjà promu sur ces pages par le Batracien Directeur Général.

Le groupe, qui a été souvent décrit comme l'attraction numéro 1 du hard rock britannique de ces dernières années, avait déjà réalisé un coup de maître avec son précédent opus, sobrement intitulé "Inglorious II" trustant la première place des charts de sa catégorie.

Et bien c'est encore bien plus mature que nous reviennent les perfides anglais, tant au niveau des compos que de l'interprétation, signant ce qui sera une des très belles surprises de cette année nouvelle.
Dès les premières notes, on sait déjà que le plat sera lourd à digérer, tant les premiers os sont déjà bien gras et dégoulinants de sauce bien goûteuse...
Ça rentre bien dedans, les riffs sont acérés et riches et placés sous la protection bienveillante de Nathan James qui se révèle de plus en plus excellent chanteur, une sorte de Coverdale des années 2000, pour vous dire si je suis impressionné !

Tiens, en parlant de Coverdale, écoutez-donc "Tomorrow" et vous me direz si ça ne vous rappelle rien !

Mais, il ne faut surtout pas limiter  "Inglorious" à une pâle imitation des Anciens, aussi fameux soient-ils mais il faut en espérer, s'ils arrivent à limiter leur récente instabilité, encore de nombreuses années de réussite et de créativité...pour leur bonheur bien sûr, mais aussi pour le nôtre!




dimanche, janvier 13, 2019

Bobby Kimball : The Big E.P. (2018)


Pas d'inquiétude ! 
Les 2 ours qui rédigent ces pages vont bientôt sortir de leur grotte surchauffée pour jeter sur ces espèces d'immaculées, quelques avis sur la production discographique contemporaine ou presque...

Tiens, ce Bobby Kimball, par exemple !

D'accord, la pochette est particulièrement ratée et même les "Burns" voire "Alpha" (je sais, c'est un peu hermétique, mais cherchez un peu... NomdeDiou ! ) en ont produit de plus réussies.

Côté Zik, c'est encore une compilation pot-pourri, mais pas pourrie pour autant...oh la la ! je vais finir aux "Grosses Têtes" avec de telles saillies.

Quelques relectures de titres de "ToTo" bien sûr; quand on a une bonne chaise, on ne va pas pas s'asseoir sur celles des autres et même certaines pistes dont Kimball ne tenait pas le micro sur les enregistrements originaux ("Holyanna", "I'll be over You"). 
Des extraits de sa collaboration très réussie avec le regretté Jimi Jamison (ça doit remonter à 2011!) et d'autres, tout droit venues de la légendaire période de "Far Corporation" dont "One of your Lover" qui aurait du faire un carton en son temps . 

Une reprise sympa (mais déjà présente, sur la précédente compil'!) du "Something about You" de "Level 42" s'intègre dans le menu , question de ne pas rester trop autocentré...y'en a d'autres qui feraient bien de s'en inspirer...hein, SA ?

Une cinquantaine de minutes d'une musique certes pas très neuve et qui ne cassera pas les carreaux, mais, qui ne vous empêchera pas, non plus, de voir la vie toute belle au travers...un disque du dimanche, quoi !




dimanche, décembre 30, 2018

SWEET



Il a fallut que mon associé me sorte de ma torpeur de fin d’année afin que je pioche avec ma petite main au travers de mes CD ce morceau de SWEET, groupe qui apporta une saveur bien particulière au son de la fin des 70’, précurseur d’autres groupes de légende…

Sweet Fanny Adams est le deuxième album de Sweet , leur premier des deux albums parus en 1974, ainsi que leur premier album simplement sous le nom de Sweet . L'album a été un tournant et un changement dans le son du groupe. Il comportait plus de son hard rock que leurs précédents disques pop. Le titre de l’album est en argot anglais (à l’origine de la Royal Navy ), issu du meurtre de Fanny Adams, âgé de huit ans, en 1867; il signifie "rien du tout" et un euphémisme similaire, "FA" = "fuck all".

 

samedi, décembre 29, 2018

Kansas - Wheels and Other Rarities (2018)


Y'a pas de justice !
C'est pas moa qui vous dirais le contraire, moaa qui étais au Parc des Princes le 9 Novembre 1997 et que , rien qu'en y repensant, j'ai mes aigreurs qui r'viennent !
C'est comme "Kansas", tout pareil !
V'là 'ti pas un groupe qui avait (et a toujours) tout ce qu'il fallait pour réussir dans la cour des Grands et qu'une sourde malédiction (voire un complot, c'est mode ! ) a bloqué à la sortie des douches, la serviette de coton enroulée autour du cou et les crampons à la main...
Énième compilation de la bande de Steve Walsh et de John Elefante qu'il ne faut surtout pas oublier; album placé sous le patronage de "Wheels", un des titres inédits de l'excellent coffret "The Kansas Box Set" sorti  en 1994 et qui tient toute sa place sur mes étagères, sans qu'il n'ait jamais eu vraiment le temps de prendre la poussière.
Autre rareté (période Elefante, cette fois!) :"Perfect Lover" qui porte indéniablement la marque du groupe quand il essayait de s'en sortir au début des années 80.
Rien de bien étonnant dans ce grimoire, 5 titres en studio complétés de 5 titres en live avec bien sûr, l'inévitable "Carry On Wayward Son", mais, perso, je ne m'en lasse pas et j'en connais bien d'autres. D'autres, qui se le passe, dès qu'ils ont 5 minutes,  peut-être même en cachette pour goûter à nouveau ce fruit si bon et si personnel qu'on appelle "les jeunes années".

Rien de bien étonnant, mais, quand même une bonne piqûre de rappel ! rappel que "Kansas" était (est) un sacré groupe et qu'il aurait mérité bien mieux qu'une place sur le banc, aussi bien ciré soit-il.


dimanche, décembre 23, 2018

Utopia - Singring And The Glass Guitar (An Electrified Fairytale) (1977)



Bonsoir à toutes et tous,

C'est dans l'attente d'une transaction d'achat du vinyle qui semble d'époque et en bon état  sur tous les critères et bien qu'ayant le CD remasterisé de 1990 sorti chez Rhino record que j'ai eu le déclic de vous poster ce court morceau de cet album, qui vous amènera doucement vers ces douces festivités de fin d'année que je déteste depuis de nombreuses années...

 

samedi, décembre 08, 2018

Toe Fat



C’est en nettoyant mes vinyles, avec ce super matériel simple d’utilisation de la marque
Knosti ( made in RDA ), que je me suis permis de poser délicatement, après un temps de séchage de 24 heures, cette galette fabriquée à base de pétrole (allez les gilets jaunes ! ) sur ma platine,  de ce groupe incubateur de HURIA HEEP.

Mes amis, ne vous déplacez pas sur les Champs Elysées pour avoir la chaire de poule… Le produit est disponible sous format CD en réédition !

 

samedi, décembre 01, 2018

Pas si "Cheap Trick" que ça !

Et non...puisqu'il vous en coûtera un peu moins de 100 $ US (plus le port !) pour acquérir ce très bel objet d'art qui, en à défaut d'enrichir votre patrimoine, bonifiera certainement celui de Rick Nielsen et compagnie.
Bien loin de continuer à acheter les nouveaux disques de "Cheap Trick", je considère comme un devoir sacré de continuer à écouter les anciens...au moins les 4 premiers, particulièrement le 3ème (Heaven Tonight) et le 4ème (Dream Police) - Note pour les décortiqueurs en tous genres : je ne parle que des albums studio ! ) et surtout le 3ème (Heaven Tonight).
Joli temps que cette période où nos esprits s'ouvraient à d'autres choses qu'aux albums multivitaminés et virtuoses des grands noms du Hard Rock, où nous comprenions enfin qu'une chanson pouvait nous enchanter sans contenir ni solo de guitare pyrotechnique et ne durer que quelques minutes, vite et bien posées...l'évolution de l'espèce en quelque sorte.


Listen to the Music






Je sais bien que je ne suis pas le plus crédible pour chanter la fraternité , voire même l'amitié , entre les Peuples, reléguant le sacro-saint universalisme ambiant au dernier rang de mes préoccupations et de mes espoirs,  mais, n'étant pas à une contradiction près, je le dis, le crie, et même le proclame : j'adore cette version de "Listen to the Music " des légendaires "Doobie Brothers"...ça me donne envie de regarder un peu chez les Autres, mais pas trop quand même !


mercredi, novembre 28, 2018

Steely Dan - Do It Again

Vu que mon associé ( provisoire et minoritaire ) est en congés, Vu que nous sommes sur le toit du Monde ( 2 étoiles sur le maillot du Coq ), ` Vu que Jupiter s'est pris une volée de plombs dans les ailes ces derniers jours ( Benalla ), Vu qu'il fait beau dinch' Nord ( hauts de France ), J'ai décidé, oui..., j'ai décidé d'être de bonne humeur pour ma reprise au turbin.

dimanche, novembre 25, 2018

Vandenberg's Moonkings : Rugged and Unplugged (2018)


Comme le disait, ou plutôt le chantait, ce bon vieux Steve Walsh :
"I close my eyes,
 only for a moment
and the moment's gone".

C'est exactement, l'impression que me laisse le dernier "effort" d'Adrian Vandenberg; celle d'un souvenir fugace qui vous fait sourire un court instant et repart aussi vite qu'il était venu.

Type même de l 'album qui s'écoute, en ce moment, enrobé dans sa veste de laine, un plaid ( de préférence à carreau ! ) sur les genoux, au contact d'un amical radiateur (âtre pour les poêtes!),  un bon bouquin à la main sans que la musique ,ne vous dérange en rien,ce "Rugged and Unplugged" n'est, certes, pas le projet le plus ambitieux auquel ait participé le guitariste batave.

Un peu plus de 27 minutes pour relire, dans le plus simple appareil, guitare et voix, à l'exception de "Out of Reach" sur lequel le duo est rejoint par une basse et une batterie, 7 titres qui ont jalonné sa carrière depuis VanDenBerg ("Burning Heart") , Whitesnake ("Sailing Ships") à ses actuels Moonkings ("Le Reste ou presque !).

La 8ième piste inédite "Sundown" est un instrumental inspiré, qui permet à l'ensemble de se refermer sur une note (en fait, plusieurs!) tranquille et sereine.

Ce ne sera certainement pas l'achat de l'année, mais, pour le même prix, ça vous emmènera plus loin que 10 litres d'essence !



samedi, novembre 17, 2018

Blood of the Sun - Blood's Thicker Than Love


Dans la série, le Dirlo en a déjà parlé .

Ce disque, je l'ai acheté pour 2 raisons:

1- Je ne peux pas résister à une pochette quand elle a de la Classe !
2 - Mon disquaire a usé du seul argument auquel je ne saurais résisté: (Ça ressemble à Deep Purple !)...je devrais réfléchir à en changer; économiquement, j'y trouverais peut-être mon compte.

Bonne pioche, en tous cas, avec ce "Blood's Thicker Than Love" dont, on peut dire, qu'il a des qualités bien autres que celle d'être (suffisamment) inspiré par la bande de Ian Gillan.

Moi qui crois tout ce que je lis sur Internet, j'ai appris que "Blood of the Sun" est comme un bon whisky, à savoir que le groupe a ses 15 ans d'âge et qu'il en est à son cinquième album.
Faut bien dire que la référence à Purple est surtout due à la présence d'un Hammond particulièrement audible et aux incessants duels guitare-claviers qui pullulent tout au long des 6 titres (durée moyenne dans les 7 minutes pour chaque ! ) qui garnissent la galette.

Ça a beau être ricain, ça sonne pourtant foutrement british et un tantinet  NWOBHM.
Vous vous souvenez de "White Spirit", le gang dans lequel Janick Gers a fait ses débuts discographiques et bin voilà, on dirait un "White Spirit" auquel on aurait ajouté quelques cylindres, modifié le carbu et poussé avec quelques litres de nettoyant injecteurs "Wynn's" pour que le moulin tourne mieux, plus vite et que le pot crache un peu plus propre !

En clair, c'est fichtrement bien !

Ça sonne 70ies juste comme il faut et heureusement, pas aussi lourdement que certaines des têtes d'affiche de l'actuel revival - là, je pense à deux groupes que je ne citerai pas, afin d'éviter une réprimande  du rédac' en chef et garantir ma prime de fin d'année - que j'ai vues en concerts et qui m'ont donné envie de partir avant la fin.

Pas le moindre risque avec ce disque qui vous portera gentiment du début à la fin, sur un tapis bien tressé et aux couleurs variées et assumées.

J'ai une petite préférence pour "Keep The Lemmy's Coming" qui ouvre les hostilités et surtout pour "Air Rises as You Drown" (joli titre ! ) dont les 8 bonnes minutes vous plongeront dans un bien agréable moment de vie...8 minutes par ici, 8 minutes par là, c'est toujours ça de pris.



vendredi, novembre 16, 2018

Art Mais Rock : Un Noël de Reine !


Participant à une Queen-mania renaissante pour cause de biopic cinématographique, Funko, spécialiste des gadgets en tous genres, a décidé de gâter les amateurs en leur permettant de déposer sous leur sapin, ou celui des autres (c'est selon!), un lot de 6 figurines personnifiant les 4 gothiques (et un tantinet glitter pour certains !) chevaliers de la galette ronde.
A tout seigneur tout honneur, Freddy Mercury bénéficie de trois exemplaires le représentant à différentes étapes de sa brillante carrière.
C'est pas vraiment joli, mais pas, franchement moche et j'en connais plus d'un, bien capable de faire trôner (facile, je sais!) ces trucmuches , au dessus de la cheminée entre un obus d'art des tranchées et la photo d'un barbu qu'il serait bien en peine de vous présenter...
...un intérieur français typique, quoi !...classieux et tout et tout...

My cat listening Steve Vai

My cat listening Steve Vai