Ma liste de blogs

dimanche, mars 29, 2015

Seals & Croft : Greatest Hits (1975)


Il est de ces groupes dont je ne possède, pour seul témoignage, qu'une compilation gravée sur un cercle plein, taillé dans un dérivé de sous-produit pétrolifère.
Généralement, j' achète ce type d'album comme un  doux amuse-gueule qui me poussera ou pas à investir plus profondément dans la discographie des artistes concernés.
Ca a donc, été le cas pour celui-ci aussi...mais, pas seulement. Je m'étais souvenu du nom du duo sur un fac-similé de l'affiche du festival California Jam, que je possédais dans ma collection de posters adolescente, festival auquel participaient, entre autres, Black Sabbath, ELP et Deep Purple.

video

Le duo texan, relocalisé en Californie, ne fait pas lui dans le rockheavy des sus-nommés, mais plutôt dans la west coast gentille et harmonieuse, propice aux soirées étudiantes sur les plages du Pacifique.
La carrière de Seals & Croft s'étire de 1969 à 2004, avec quelques interruptions momentanées et des périodes de franc succès entrecoupées d' épisodes de vaches maigres.

video

La discographie complète déploie au moins une dizaine d'albums originaux que j'ai eu, parfois, l'envie de découvrir sans jamais franchir un pas qui loin d'être insurmontable, me semble un tantinet dénué de réel surprise et donc de plaisir.


C'est bien là le problème de ces compilations quasi-parfaites sur lesquelles l'interrogation  plane autant que les corbeaux autour de la tour de Londres...un méchant soupçon d'avoir mis tout le bon dans un seul écrin pour ainsi, espérer  refiler toute la came sur un coup de confiance.
J'sais bien que ce n'est pas glorieux comme approche et que le doute doit profiter à l'accusé qui s'en sortira, cette fois-ci avec un non-lieu particulièrement non-motivé...c'est pas le premier, vous me direz !



Blackberry Smoke


 Je suis pas un fan des reprises mais je considère que cette version de The Rover est de bonne facture. Bon, dans la foulée je viens de craquer et j'ai finalement commandé le double LP tiré à 5000 copies par MOJO magazine...

samedi, mars 28, 2015

Uriah Heep


En ce week end où on va se faire empaler d'une heure de sommeil je me suis dis que j'allais commenter une sortie récente de CD/DVD. Notamment le Access All Areas CD+DVD, Double CD, Live de HURIAH HEEP. Et puis j'ai dis merde, c'est du réchauffé. Je préfère vous mettre en ligne ce post sur ce défunt excellent bassiste. Enjoy it !

jeudi, mars 26, 2015

Jake E.Lee





Sacré beau monde autour de notre Bruce Lee de la gratte pour cet opus de 2014.

Amplificateurs:
  • Marshall JCM800 2203 et divers autres Marshall
  • Ampli Orange tête (modèle inconnu) avec Marshall Cabinet
  • EVH 5150 III (Il peut être vu sur l'utilisation de ce épisodes de "That Metal Show» sur VH1 Classic videoclip Trompé)
Effets:
  • Boss OD-1 'Over Drive'
  • Fondateur BF-2 'Flanger'
  • Dunlop Rotovibe 'Univibe'
Guitars:
  • Modifié Fender Stratocaster (modded par un ami au Charvel, d'où le logo. Fini blanc, pickguard noir, au milieu inclinée et du cou oblique micros simple bobinage)
  • Charvel Stratocaster personnalisée (Mêmes caractéristiques que son Fender modifié, mais avec une finition bleu transparent et aucun pickguard)
  • Charvel San Dimas (Utilisé en tournée de BTM et Ultimate Sin, avec Ozzy Osbourne) (Blanc avec un pickguard noir)
  • Charvel Holdsworth Stratocaster (Rouge avec miroir pickguard et unique micro chevalet; Daphné Bleu avec un pickguard noir et un seul micro chevalet)
  • ESP Custom Shop 'Jake E. Lee Signature Stratocaster »(Mêmes caractéristiques que son Fender modifié, mais de différentes couleurs différentes)
Jake a également été vu sur la photo et la vidéo en utilisant guitares Gibson (2009-2012):
  • Noir Gibson SG Standard
  • Gibson SG Jr. ('60 modèle) (finition cerisier, seul P-90 pick-up)
  • Gibson Les Paul Special (Beggars and Thieves vidéo - coupe simple, double P-90 pick-up)
  • Gibson SG Junior (blanc avec pickguard noir et seule P-90 micro chevalet)



dimanche, mars 22, 2015

Harlequin - Victim of a Song (1979)


Un arrêt dominical au pays des caribous et du sirop d'érable pour évoquer le premier album de Harlequin, groupe déjà mis en lumière par notre bien-aimé directeur, Louis XV du rock, dans une sienne chronique frappée de son style inimitable tout en concision et fulgurance.
La carrière de cette bande d'anglophones a démarré en 1975, a produit au moins 5 albums et dure toujours! principalement dans ses contrées d'origine où, il faut bien le dire, le rock'n'roll est bien plus nécessaire que sous nos latitudes, ne serait-ce que pour faire monter la température extérieure de quelques degrés.

video

Emmené par le chanteur George Belanger (dont les cousins français tenaient une épicerie au fond de la rue de Béthune ?), et le claviériste Gary Golden (compositeur du célèbre riff "pompom pompom ?Harlequin nous présente sur ce premier opus (y'a des marchés pour ça !), un rock FM très années 80, baigné de mélodies faciles, de claviers interventionnistes et de guitares sobres, mais très souvent doublées à la tierce voire à la quinte, parfois même par le cousin Octave..
Bref, un album sur lequel on retrouve de tout (relire, svp, le dernier mot de la phrase précédente...merci !), les grosses ficelles du genre, les balades à l'eau de rose et les tempos moyens de titres destinés à hanter les ondes des radios périphériques, ou les bandes originales des pochades du cinéma US de la décennie.


Harlequin rencontrera bien quelques petits succès populaires et radiophoniques, mais pas assez pour n'être considéré aujourd'hui, que pour autre chose qu'un second couteau talentueux, perdu dans le tiroir de la cuisine du rock canadien.

video

R.I.P



Dans la série R.I.P

Quelques musiciens à ne pas oublier.

Les frères Porcaro,
Andy Fraser,
Chi Cheng ( lui on l'avait un peu oublié dans la rubrique nécrologie, je rattrape cet oubli ).

vendredi, mars 20, 2015

Five Horse Johnson



On aime ou on n'aime pas ce band de l'Ohio de Blues Stoner.
Lors de leur dernière tournée européenne ils ont conquis le public, c'est simple, un peu style 70'. A découvrir.
L'album " The N° 6 Dance" a ma préférence, photo de l'album représentée sur ce post, mais je me suis dis que j'allais poster un album plus récent. Est-ce un bon choix ?

Nota Bene pour mon associé : Non ! C'est pas en primeur la prochaine pochette du prochain album du défunt Whitesnake.

 

mercredi, mars 18, 2015

BLUE OYSTER CULT AGENTS OF FORTUNE



Pour répondre au Sieur Bruno, qui me les brise menu avec le style du BOC, Métal, Hard Rock ? je ne fais aucunement confiance aux journalistes, ils ont déjà peine à nous expliquer l'origine du symbole du BOC, vous savez la croix de questionnement !!

Tiens ! De rage et surtout par fainéantise je re-post ce post. Non dé diou !

Lorsque TEAC sort son 4 Pistes (ancêtre du Multipiste des studios d'enregistrement), la firme a l'intelligence de tester son produit en prêtant, à chaque membre d'un élitiste & obscur band New Yorkais qui en est à son quatrième album, le susdit appareil.
Idée de Génie ! Les balochards se retirent et enregistrent individuellement leur prestation.
Considéré, à l'époque, comme un groupe underground sophisticohardmystiqueobscurométallo (sic), les zozos vont dévoiler chacun leur talent.
Certes le son est épuré, pas le moindre pet ! Mais, quel bonheur de ré-entendre "this ain't the summer of love", "tatto vampire", "don't fear the reaper"(dans lequel certains intellomalades Américains saucisses ont vu une ode au crime non puni) ,"ETI : Extra Terrestrial Intelligence", "sinful love" etc...
Si je devais me faire tatouer, j'opterais sur le biceps gauche pour l'ange brûlé de Led Zep et sur le biceps droit pour la croix de BOC.
Allez! C'est un album à re-découvrir !



PS : Buck Dharma est un nom d'emprunt...

lundi, mars 16, 2015

The Reverend Peyton's Big Damn Band



Déjà le nom du band est un indice important sur le style d'approche du Blues.
Moi j'adore les bands borderline et leur nom m'a fait sourire.
C'est assez décapant. Titres courts, mais qui nous font taper du pied nos semelles de Santiags, enfin ceux qui en portent encore car cela devient de plus en plus ringard de nos jours.

 

dimanche, mars 15, 2015

Hundred Seventy Split


Il n'est jamais trop tard même 1O ans après.
Commentaire laconique certes mais rempli de bon sens.
Leur dernier album est un live très bien ficelé comme dirait mon boucher du coin.

samedi, mars 14, 2015

Uriah Heep




L'air de rien on file les mille posts sur ce site, Les 195000 mille vues, si mon site compteur des US n'avait pas fait faillite en 2013 on devrait avoisiner 26000 contacts pour lire ce pauvre blog toujours en attente d'une Family Business pour investissement lucratif. Seul désespoir, le manque d'abonnés. Je sais, c'est pas évident de s'inscrire sur un blog qui saigne à tout va. On approche plusieurs styles. Pas de langue de bois ! On revisite le past land du hard, du prog... Mon associé au capital de cette structure contribue malgré ses aléas de sa vie, C'est un baroudeur du Rock. Moi j'attends les royalties.

vendredi, mars 13, 2015

The Osmonds : Traffic in my Mind (1973)


Rien qu'un seul titre, la face B d'un 45 tours qui tournait pas chez moi en cette année 1973. J'ai deux sœurs, alors vous pensez bien que les Osmonds Brothers avaient la côte à la maison !
Encore une face B qui relaie  la face A à la seconde place...un sacré morceau de Hard Rock écrit et enregistré par des artistes dont ce n'était pas vraiment la spécialité...un riff de guitare plus qu'efficace suppléé par un chant ciselé au couteau d'orfèvre...une chanson que bien des groupes auraient aimé accrocher à leur répertoire.
Un texte qui parlait à notre jeunesse et qui le ferait encore à celle d'aujourd'hui si elle se donnait un peu la peine de regarder et d'écouter en arrière...je commence à parler comme mes chers parents...enfin.

video


Blue Oyster Cult


 Alors que sort le prochain UFO, le prochain MSG, je reste sur une valeur sure, le BOC ! Oui je sais, on n'en a raz le bignou des UMP, PS et FN and so on comme abréviations, mais reconnaissez que Blue Oyster Cult reste un monument du Rock et que inlassablement il sorti et sort des albums intéressants. Tiens ! 2 titres de 2 albums, certes anciens, peu connus, mais que l'on peut s'y intéresser si les futurs UFO et le MSG vous laissent sur votre faim.
 

dimanche, mars 08, 2015

Nickelback



Douce France ... Les paysages de mon enfance ... Où sont-ils passés
Douce France ... L'industrie et les finances ... Les ont effacés
Charles ta chanson, ils la laissent traîner dans un tiroir



vendredi, mars 06, 2015

Thunder


 Je ne sais pas si c'est le printemps proche qui arrive mais les nouveautés dégringolent comme les feuilles en automne ( j'ai décidé d'être ambigu comme Bruno ).
Voici le retour de ce groupe, THUNDER. Ils ont du réfléchir longuement pour trouver le nom de scène.
Sorti en février, ce double CD a bonne presse, moi je le découvre et je ne vous cache pas que je n'ai pas encore levé l'option d'achat ? Un CALL ? UN PUT ? un SWAP ? ou encore un SWAP TUNNEL ? Je doute encore.
  Avez vous remarqué que le Guitariste et le Vocal ont le même fournisseur en chemise ? Bon, je vois que le détail vous importune...

jeudi, mars 05, 2015

Uli Jon Roth





Avec toujours les mêmes allures kitsch en tenue vestimentaire à la SRV,  Uli Jon Roth nous revisite le répertoire du début des oeuvres de Scorpions, avant qu'il jette l'éponge et qu'il s'en aille flirter avec des compositions proches de Hendrix.
L'esthétique de sa " signature" guitare se discute, il n'empêche qu'il dégringole ses doigts sur ce manche comme pas un.
C'est sorti, je viens de me l'offrir, j'attends sa réception pour pousser mes potards de mon ampli.

mardi, mars 03, 2015

Deep Purple





Groupe obscur, qui fit quelques albums, le vocal se débrouille, le guitariste devrait se refaire un brushing, la Rickenbacker est trop grande pour le bassiste, le batteur a des lunettes double foyer, l'organiste a oublié de mettre le panneau avant de son Hammond qui est plein de poussière de ce fait.

dimanche, mars 01, 2015

Birth Of Joy



Birth of Joy, groupe de rock hollandais fondé en 2005 à Utrecht. Les trois bataves réalisent une fusion assez saisissante entre un rock lourd à la Deep Purple, le son Garage à la MC-5 et l’orgue hammond de The Doors.
 

samedi, février 28, 2015

La Gueule de Boa ?


Et toute la galaxie pourpre de s'agiter parce qu'on vient d'apprendre qu'en 2012 , Blackmore et Coverdale s'étaient rencontrés et avaient discuté de la possibilité de repartir sur la route ensemble jusqu'à ce que le chanteur renonce devant les exigences du management du guitariste (comprendre son épouse et sa belle-mère !).
Cette nouvelle qui si, elle s'était avérée , aurait comblé de bonheur les "piouspious" nostalgiques du glorieux Mark III, ne serait jamais sorti des cartons, si elle n'avait pas eu une suite inattendue...suite qui, malheureusement, risque de remplacer le bonheur par la déception.

video

L'échec des négociations a, en effet, donné à Coverdale l'idée de réenregistrer, accompagné de ses pâlots reptiles, quelques titres remontant aux glorieuses années pendant lesquelles il eut le privilège d'officier au sein du légendaire, mais bien réel  Deep Purple.
Le sommaire de cet album (promis pour le mois de mai en différents formats !), sobrement intitulé The Purple Album, couvrira les trois albums studio qui embellirent la période 1973-1975.
En bon américain qu'il est devenu, DC a bien fait les choses pour lancer l'aventure : un teasing via Le Tube et depuis le 25 février, sur le même canal, un premier extrait avec une resucée de Stormbringer.
Vocalement, tout cela à l'air de tenir la route et on ne peut nier une certaine énergie à cette levée de rideau qui laisse tout de même sur sa faim le tenant de l'orthodoxie pourpre que je suis devenu au fil de (trop ?) nombreuses années à visiter le catalogue d'un groupe que je suis ( du verbe suivre) depuis au moins 40 ans.
La bouillie dans laquelle les deux guitaristes ont transformé la magie et la finesse blackmorienne, m'apeure plus qu'elle ne m'inquiète...c'est pour dire ! 
Whitesnake, ces dernières années devient de plus en plus un groupe comme bien d'autres...plein de talent, mais sans surprise.
Bref, je crains fort que la première écoute de cet album ne transforme ma journée en lendemain de cuite...d'où le titre de cette modeste chronique...subtil, mon gars, subtil.

video


01.    Burn
02.    You Fool No One (interpolating Itchy Fingers)
03.    Love Child
04.    Sail Away
05.    The Gypsy
06.    Lady Double Dealer
07.    Mistreated
08.    Holy Man (Version originale chantée par Glenn Hugues !)
09.    Might Just Take Your Life
10.    You Keep On Moving
11.   Soldier Of Fortune
12.    Lay Down Stay Down
13.    Stormbringer

Deluxe Edition Bonus Tracks
14.    Lady Luck
15.    Comin’ Home


Revolution Saints


 Dans les nouveautés que l'on va vite oublier, Revolution Saints !

Jimmy Barnes


mercredi, février 25, 2015

The Cadillac Three


 C'est un peu lourd, mais c'est pour la bagnole. Mais Trans am c'est pas Pontiac Chevrolet ?

lundi, février 23, 2015

Jimmy Barnes

La sève remonte, le printemps arrive, mon associé s'est libéré du Congo Belge et il renoue avec ses posts poétiques ta mère !

30 ans de carrière cela se fête non ?
2014, notre Australien Ecossais sort un album qui donne rendez vous avec des duos sympas.
J'aime bien cette voix de soulard, avec une écorce de plante qui fait rire.

My cat listening Steve Vai

My cat listening Steve Vai