Ma liste de blogs

vendredi, avril 24, 2015

Jared James Nichols


Tiens ! Mon associé Serpens Albus a l'air d'être plus agressif sur sa photo... Il va sortir d'hibernation ?

Aujourd'hui, je vais vous parler de ce jeune talent, JJN ( oui j'ai pas envie de me fatiguer de reprendre son pedigree en entier à chaque fois ).

Old Glory and the Wild Revival, titre de leur album pour ce mois de cette année 2015 de JJN qui est réalisé avec Warren Huart, ingénieur du son d’Aerosmith et produit par le légendaire Eddie Kramer, (Led Zeppelin, Jimi Hendrix and so on...) Du blues au heavy blues, il y a un bon condensé de ces styles au travers de cet album.

Vous remarquerez Mesdames, Messieurs, que sur les vidéos il branle le manche avec une certaine virtuosité mais de plus, il joue sans Pick...

Avis aux amateurs de se lancer dans ce genre de prestation.
 

samedi, avril 18, 2015

Deep Purple


 Le second clip HUSH vaut le détour. Le premier clip c'est pour l'esthétisme de la gente féminine
japonaise.

  

vendredi, avril 17, 2015

Tonton Fifi copain de tata...


 Pour mon Fifi, pas du 64 mais du 59, car celui du 64 c'est un hargneux hardeu. Mon Fifi, après la grosse répète en Espagne de septembre, on peut passer au Grand Stade De France, il y aura des groupies comme celle-ci ! Mais après mon Fifi du 59 je retourne sur des posts plus Hard Rock,
désolé.

jeudi, avril 16, 2015

Triggerfinger

Samedi sur ma belle petite ville de lille je vais écouter en live 2 trios de Hard Rock et un quatuor dans le cadre d'un petit festival des Paradis Artificiels. Rival Sons et Birth Of Joy dont vous avez déjà pris connaissance sur ce blog, quoi non ? et bien allez sur la liste du déroulé à droite de ce blog et cliquez sur le groupe ! En revanche, ce troisième line up au nom de Triggerfinger je vais les découvrir. Sur You Tube vous avez un concert Full et a priori les musicos tiennent la route. Je vous ferais part de mon appréciation ce week end.

mercredi, avril 15, 2015

The Shadows



Je le fais très rarement des posts pour des gens que j'apprécie, voilà rien que pour toi,

Pour mon FiFi pas du 64 mais du 59 !
En cadeau la reprise d Apache par Jeff Beck, ancien des Yardbirds ! Ca vaut une Barbare non ? Et je suis quitte pour Les Leffes que je te dois pour la pince  Molly.




dimanche, avril 12, 2015

Laurence Jalbert - Les Yeux Noirs (1989)


De temps en temps, je me fais embarqué par un  titre entendu à la radio. 
Je fouille nerveusement dans la boîte à gants à la recherche du crayon qui me permettra de noter les références que l'animateur ne manquera pas de donner à la fin - et si, par malheur pour lui, il ne les donne pas, il finira plus insulté qu'un arbitre de ligue 1- un crayon, y'en a forcément un...j'en mets toujours un au cas où...je tombe toujours dessus quand je n'en ai pas besoin...et là, bien sûr, pas moyen de mettre la main dessus...
... ah, le voilà, enfin.
Du papier maintenant...mais, qu'est-ce qui m'a pris d'aller claquer ma serviette de boulot sur la banquette arrière...je la mets toujours sur le siège passager...c'est vrai, j'ai changé de voiture, y'a pas longtemps...et ça gueule, quand on pose quelque chose sur ce foutu siège sans boucler la ceinture...retour à la boîte à gants...des mouchoirs en papier par paquets, la notice technique de la voiture (que je ne lirai jamais !), un constat amiable, une carte routière d'Auvergne (où je ne me souviens pas d'avoir posé les roues)...rien d'exploitable !
Vite, les vide-poches...la chanson tire déjà, à la fin...je vais bien trouver un vieux ticket de caisse...un tract syndical récupéré dans un barrage filtrant ou une opération escargot...un bon de réduction pour un cirque déposé sous mes essuie-glaces, un PV de stationnement - impossible, je suis bien trop radin pour prendre le risque de me faire "pruner"...
M.... alors, v'là le speaker qui reprend la main et qui annonce ce qu'on aura le plaisir d'entendre après la pub et le flash d'info , juste au moment où je tombe sur un emballage KFC - Merci, mon fils - miraculeusement oublié par les mains expertes de mon épouse lors de son dernier contrôle qui, pourtant, ne remonte pas plus tard qu'il y a deux jours...et l'autre derrière son micro qui ne lâche toujours pas le morceau...j'ai le temps de faire sauter le cran de sûreté du stylo...allez, vas-y , j'suis prêt...je prendrai du temps pour aller  chercher le skeud, ce soir après le boulot (cette scène date de 1989, même si certains détails sont complètement anachroniques...le siège qui gueule, par exemple ! y'en a d'autres !)...alors André Torrent ! tu vas la cracher ta chique !
Quoi ? 
J'ai pas compris le nom de la chanteuse et le titre c'est quoi déjà ? "Les Yeux Noirs"...va bien falloir que je me débrouille avec ça !

video

Ces années-là, on trouvait encore à la FNAC, mais tout juste, des vendeurs qui s'intéressaient un peu à ce qu'ils avaient en rayon...Au  forum des Halles, y'en avait une qui sentait la rockeuse à vingt pas...des jeans en fuseaux...des 'tiags aux talons tellement biseautés qu'on se demandait comment elle pouvait tenir debout...et pourtant, elle tenait. Elle avait la démarche un peu hésitante et la suffisance de la professionnelle qui avait découvert le Hard Rock la semaine précédente et qui s'y était convertie plus vite qu'un Chinois à l'ultralibéralisme- sa dernière rencontre en boîte de nuit sûrement- elle était disponible...enfin, elle était la seule qui ne faisait pas semblant d'être occupée afin de ne pas se faire importuner par un client... Je m'approche donc en arborant mon plus beau sourire, elle lève vers moi un regard plus vide que le dernier interview d'Arnaud Montebourg, semble (pas un seul signe visible sur son visage) m'entendre et tout à coup (sans prévenir !) me décoche cette question :
 - Ah ouais, je crois voir, ça (parler d'une chanson dans ces termes, honteux, non ?) r'semble pas un peu à Black Velvet d'Alannah Myles ?
- Je n'avais pas fait le rapprochement...mais maintenant que vous le dites...
- C'est Laurence Jalbert, vous le trouverez en single en Chanson Française...on l'a mis là alors qu'elle est québécoise, mais elle chante en français (sic!).
Et de tourner les talons (biseautés, je vous le rappelle), trop heureuse de marquer ainsi sa supériorité substantifique et de me laisser retourner croupir dans ma crade ignorance.
Et paf sur le bec ! 
Je n'étais pas encore un reptile à cette époque...j'avais encore du duvet sous mes deux L (celle-là, seuls ceux qui connaissent mon véritable nom de famille la comprendront, les autres ne feront que la deviner !).
Ah, au fait...j'ai bien trouver le disque là où elle me l'avait indiqué...je l'ai trouvé et l'écoute encore...c'est uniquement pour cette raison que j'ai voulu brièvement vous en parler.


mardi, avril 07, 2015

Yamaha THR 10


 Il va y avoir encore pas mal de gorges chaudes et profondes qui vont dire :
"On le sentait, Hard Round Tazieff va se fendre de nouveaux achats c'est pas anodin qu'il post des articles, certes, liés à la Zik, mais pas sur des groupes."
Et oui, Je suis en phase finale de concrétiser 2 nouvelles acquisitions, qui vont faire baver mon Napoléon. Et voici mon second dévolu !
Ton avis Bruno ?

Budgie



Un soir d'hiver  de 1977 mon cousin Françis me  dépose "au moulin d' Hurionville". Je descend de sa "Tatrelle" et mets mes pieds dans la gadoue...il pleut comme vache qui pisse,  il fait un froid de canard.En entrant dans ce lieu mythique je m'assoie sur un banc qui repose sur 2 parpaings et je déguste une bière en écoutant les morceaux récurrents qui passent chaque samedi soir tout en  regardant les gros rats qui passent dans la charpente de l'antre...le "train train" quoi...et soudain, dès la fin d'un  Wishbone Ash le Dix Joker enchaîne un morceau que je découvre pour la première fois. J'étais pantois car cela "sonnait" autrement, une voix à la Geddy Lee de Rush, un son de gratte à la Black Sabbath et un relent de Led Zep... J'ai jamais pu savoir qui était ce groupe...

Retour en 2007.
 En surfant sur Amazon.com ( le .fr c'est de la daube) je trouve une listmania d'un  sombre hardrockqueue qui vante un groupe au nom de BUDGIE avec des extraits de quelques zik du groupe et en cliquant avec mon mulot je fus surpris de reconnaître le morceau que j'avais écouté 30 ans auparavant ! On éprouve une drôle de sensation de réécouter un morceau 30 après et de pouvoir enfin mettre un nom de groupe sur un souvenir !

Immédiatement je me suis mis à la recherche d'information sur le groupe. C'est un combo Gallois créé en 1967. Un trio ! (encore ) qui fut déniché par le producteur de Black Sabbath. Mais je ne vais pas vous faire l'histoire de ce groupe, allez à la quête du Graal et vous allez être surpris...Certains morceaux de BUDGIE ont été repris par Soundgarden, Mets ta liquette...heu Metallica, Judas Priest, Iron mes deux... etc...C'est un signe !

Ils ont sorti une quinzaine d'albums dont certains sont à écouter IMPÉRATIVEMENT !
Sinon vous pouvez vous "fendre" d'un Best de ce groupe pour vous faire une idée. Ce groupe  est talentueux mais il reste dans l' Hard mais de l'Ombre... Dommage !





dimanche, avril 05, 2015

CWT - The Hundredweight (1973)


C'est à l'occasion de la réédition (2010) de son unique album (et aussi des commentaires dithyrambiques et unanimes qui l'accompagnaient !) que j'ai découvert CWT.
Orné d'une pochette que ne renierait pas Black Sabbath, l'album est très typé 70ties ; l'influence du Sab y est d'ailleurs bien présente, ne serait-ce que dans la guitare passée au phaser sur la seule reprise du disque Signed DC (deuxième vidéo !) - titre signé Arthur Lee  ou encore les thèmes développés sur d'autres pistes telles que Widow Woman (première vidéo) ou Mephistophales (troisième vidéo) .

video

CWT est un de ces groupes britanniques qui fit la quasi-totalité de sa carrière en Allemagne . Son unique production n'est d'ailleurs jamais sortie en Angleterre, la maison de disques était, elle aussi, teutonne.
Les trois membres du groupe, qui n'ont guère laissé d'autres traces dans l'histoire du rock, se sont abondamment nourris des grosses pointures de l'époque, les références et les hommages fusent de partout    - écoutez la fin de Mephistophales et vous entendrez ce que je veux dire.

video

La particularité de CWT, car il y en a une, c'est d'intégrer une section de cuivres à tout cela. 
En général, dans le domaine, il n'y a pas de juste milieu...les cuivres, on aime ou on aime pas (je me souviens de parties de rigolades avec les copains, à l'écoute du Private Eyes de Tommy Bolin !)...je ne cours pas après, mais bien utilisés, ils peuvent incontestablement renforcer la texture d'un morceau, gonfler la puissance d'un riff et accentuer à l'extrême un break ou un pont.


Et c'est bien là, le coup de force réussi par CWT, changer nos habitudes sans nous bousculer...les cuivres sont bien présents mais jamais envahissants et tellement intégrés qu'on ne peut s'empêcher de penser que, sans eux, le disque serait bien moins réussi et peut-être même dénué du moindre intérêt.
A découvrir d'urgence par tout ceux qui ne veulent non pas tenter une nouvelle expérience - à  nos âges, ce serait un comble - non ! juste prendre un petit itinéraire bis. 

video

The Gentle Storm


 Il est vrai que je suis presque voisin avec ce pays, La Hollande, que mon associé admire, pays de la tulipe, du fromage et des chichons... On me reproche de temps en temps mes posts un peu Métoolle, pour couper court à cette basse rumeur je vous présente ce groupe. C'est léger, bucolique, on sent le printemps. Dans le port d'Amsterdam, il y'a des marrrrrinssss...

vendredi, avril 03, 2015

Gibson Dusk Tiger


 Mon Napoléon du Hard, J'aimerai bien avoir ton avis sur cette Gratte ? Un avis éclairé, détaillé, à l'image de tes posts.

jeudi, avril 02, 2015

Audrey Horne


 Hormis la voix du vocal cela me fait penser à Thin Lizzy. Je deviens de plus en plus concis dans mes commentaires, je dois frôler le burn out.
 

mercredi, avril 01, 2015

Foreigner - Unusual Heat (1991)


Un peu d'histoire !
Oui, un peu d'histoire et, si vous en êtes d'accord, revenons ensemble sur un épisode injustement oublié de l'histoire de Foreigner.
Nous sommes en 1990 et Lou Gramm décide, pour la première fois, de partir, encouragé en cela par le bon accueil public qu'ont reçu ses deux albums solos (Ready or Not sorti en 1987 et Long Hard Look en 1989).

video

Loin d'être découragé par le départ de l'emblématique vocaliste, Mick Jones décida de le remplacer et embaucha au micro Johnny Edwards (croisé entre autres sur Mean, le dernier album de Montrose).En 1991, la nouvelle équipe sort Unusual Heat qui détonne franchement du reste de la discographie du groupe.
Non pas que Foreigner ait renoncé à travailler dans ses schémas habituels; non, la vraie différence vient du son que dégage cette alors dernière mouture. La guitare de Mick Jones est beaucoup plus agressive et la puissance vocale de Johnny Edwards ( qui est bien moins mélodique que Lou Gramm, mais avec un coffre énorme !) vient booster les compositions présentes sur l'album et donner au  groupe un coup d'EPO qu'il n'avait jamais connu et qu'il ne connaîtra jamais plus.


Passons légèrement l'objet aux rayons X !
Les deux vidéos qui accompagnent cet humble chronique, résument parfaitement l'ambiance générale du disque. Un savant mélange de titres survitaminés, basés sur des riffs simples mais efficaces, poussés par le turbo vocal de Johnny Edwards (Lowdown and dirty, Mountain of Love, Flesh Wound et surtout l'excellent Unusual Heat !) et de ballades sirupeuses à souhait (I'll fight for you, Ready for the rain, Safe in my heart).
Unusual Heat fut un échec commercial, les fans du groupe n'acceptant pas le changement de chanteur et réclamant le retour  de Lou Gramm qui revint, d'ailleurs pour l'album suivant Mr Moonlight, à mon avis, bien moins intéressant mais bien plus orthodoxe.

video

mardi, mars 31, 2015

Dave Osti



Sincèrement il ne faut pas prendre ce skud à la légère, certes la pochette est vilaine, certes Osti dans ces compositions il y a pas mal de déchets et on ne ferait pas la queue pour avaler un Osti supplémentaire. Mais ce week end, j'étais fourbu et un peu crevé, je me suis installé dans mon fauteuil relax et j'ai baissé les 2 paupières en limitant mon McIntosh MA 6900 en décibels afin de préserver mes humbles TANNOY TD 12. Et là, force est de constater que j'ai apprécié. Qu'en dites vous ?


dimanche, mars 29, 2015

Seals & Croft : Greatest Hits (1975)


Il est de ces groupes dont je ne possède, pour seul témoignage, qu'une compilation gravée sur un cercle plein, taillé dans un dérivé de sous-produit pétrolifère.
Généralement, j' achète ce type d'album comme un  doux amuse-gueule qui me poussera ou pas à investir plus profondément dans la discographie des artistes concernés.
Ca a donc, été le cas pour celui-ci aussi...mais, pas seulement. Je m'étais souvenu du nom du duo sur un fac-similé de l'affiche du festival California Jam, que je possédais dans ma collection de posters adolescente, festival auquel participaient, entre autres, Black Sabbath, ELP et Deep Purple.

video

Le duo texan, relocalisé en Californie, ne fait pas lui dans le rockheavy des sus-nommés, mais plutôt dans la west coast gentille et harmonieuse, propice aux soirées étudiantes sur les plages du Pacifique.
La carrière de Seals & Croft s'étire de 1969 à 2004, avec quelques interruptions momentanées et des périodes de franc succès entrecoupées d' épisodes de vaches maigres.

video

La discographie complète déploie au moins une dizaine d'albums originaux que j'ai eu, parfois, l'envie de découvrir sans jamais franchir un pas qui loin d'être insurmontable, me semble un tantinet dénué de réel surprise et donc de plaisir.


C'est bien là le problème de ces compilations quasi-parfaites sur lesquelles l'interrogation  plane autant que les corbeaux autour de la tour de Londres...un méchant soupçon d'avoir mis tout le bon dans un seul écrin pour ainsi, espérer  refiler toute la came sur un coup de confiance.
J'sais bien que ce n'est pas glorieux comme approche et que le doute doit profiter à l'accusé qui s'en sortira, cette fois-ci avec un non-lieu particulièrement non-motivé...c'est pas le premier, vous me direz !


Tommy Bolin - Teaser - 40th anniversary edition


video


Blackberry Smoke


 Je suis pas un fan des reprises mais je considère que cette version de The Rover est de bonne facture. Bon, dans la foulée je viens de craquer et j'ai finalement commandé le double LP tiré à 5000 copies par MOJO magazine...

samedi, mars 28, 2015

Uriah Heep


En ce week end où on va se faire empaler d'une heure de sommeil je me suis dis que j'allais commenter une sortie récente de CD/DVD. Notamment le Access All Areas CD+DVD, Double CD, Live de HURIAH HEEP. Et puis j'ai dis merde, c'est du réchauffé. Je préfère vous mettre en ligne ce post sur ce défunt excellent bassiste. Enjoy it !

jeudi, mars 26, 2015

Jake E.Lee





Sacré beau monde autour de notre Bruce Lee de la gratte pour cet opus de 2014.

Amplificateurs:
  • Marshall JCM800 2203 et divers autres Marshall
  • Ampli Orange tête (modèle inconnu) avec Marshall Cabinet
  • EVH 5150 III (Il peut être vu sur l'utilisation de ce épisodes de "That Metal Show» sur VH1 Classic videoclip Trompé)
Effets:
  • Boss OD-1 'Over Drive'
  • Fondateur BF-2 'Flanger'
  • Dunlop Rotovibe 'Univibe'
Guitars:
  • Modifié Fender Stratocaster (modded par un ami au Charvel, d'où le logo. Fini blanc, pickguard noir, au milieu inclinée et du cou oblique micros simple bobinage)
  • Charvel Stratocaster personnalisée (Mêmes caractéristiques que son Fender modifié, mais avec une finition bleu transparent et aucun pickguard)
  • Charvel San Dimas (Utilisé en tournée de BTM et Ultimate Sin, avec Ozzy Osbourne) (Blanc avec un pickguard noir)
  • Charvel Holdsworth Stratocaster (Rouge avec miroir pickguard et unique micro chevalet; Daphné Bleu avec un pickguard noir et un seul micro chevalet)
  • ESP Custom Shop 'Jake E. Lee Signature Stratocaster »(Mêmes caractéristiques que son Fender modifié, mais de différentes couleurs différentes)
Jake a également été vu sur la photo et la vidéo en utilisant guitares Gibson (2009-2012):
  • Noir Gibson SG Standard
  • Gibson SG Jr. ('60 modèle) (finition cerisier, seul P-90 pick-up)
  • Gibson Les Paul Special (Beggars and Thieves vidéo - coupe simple, double P-90 pick-up)
  • Gibson SG Junior (blanc avec pickguard noir et seule P-90 micro chevalet)



dimanche, mars 22, 2015

Harlequin - Victim of a Song (1979)


Un arrêt dominical au pays des caribous et du sirop d'érable pour évoquer le premier album de Harlequin, groupe déjà mis en lumière par notre bien-aimé directeur, Louis XV du rock, dans une sienne chronique frappée de son style inimitable tout en concision et fulgurance.
La carrière de cette bande d'anglophones a démarré en 1975, a produit au moins 5 albums et dure toujours! principalement dans ses contrées d'origine où, il faut bien le dire, le rock'n'roll est bien plus nécessaire que sous nos latitudes, ne serait-ce que pour faire monter la température extérieure de quelques degrés.

video

Emmené par le chanteur George Belanger (dont les cousins français tenaient une épicerie au fond de la rue de Béthune ?), et le claviériste Gary Golden (compositeur du célèbre riff "pompom pompom ?Harlequin nous présente sur ce premier opus (y'a des marchés pour ça !), un rock FM très années 80, baigné de mélodies faciles, de claviers interventionnistes et de guitares sobres, mais très souvent doublées à la tierce voire à la quinte, parfois même par le cousin Octave..
Bref, un album sur lequel on retrouve de tout (relire, svp, le dernier mot de la phrase précédente...merci !), les grosses ficelles du genre, les balades à l'eau de rose et les tempos moyens de titres destinés à hanter les ondes des radios périphériques, ou les bandes originales des pochades du cinéma US de la décennie.


Harlequin rencontrera bien quelques petits succès populaires et radiophoniques, mais pas assez pour n'être considéré aujourd'hui, que pour autre chose qu'un second couteau talentueux, perdu dans le tiroir de la cuisine du rock canadien.

video

R.I.P



Dans la série R.I.P

Quelques musiciens à ne pas oublier.

Les frères Porcaro,
Andy Fraser,
Chi Cheng ( lui on l'avait un peu oublié dans la rubrique nécrologie, je rattrape cet oubli ).

My cat listening Steve Vai

My cat listening Steve Vai