Ma liste de blogs

vendredi, janvier 30, 2015

Blues Pills


Elle avait des tout petits petons, Valentine, Valentine Elle avait des tout petits tétons Que je tâtais à tâtons, Ton ton tontaine.


Bon, je vous ai mis sur une fausse route, c'est le cover de l'album qui m'a fait penser que je devais également épandre au travers du globe terrestre cette formidable chanson de Maurice Chevalier.

Mais après on passe à du Rock " Revival" de bon calibre.



vendredi, janvier 23, 2015

Rock' n Philo

Francis Métivier, professeur de philosophie et auteur de l’ouvrage Rock’n’Philo a trouvé les sujets de philo du Bac 2011 désespérément classiques. Le Plus lui a demandé de souffler un vent un peu plus rock’n’roll sur cette épreuve. Édité et parrainé par Amandine Schmitt L’homme est-il condamné à se faire des illusions sur lui-même ? (Série L) La formulation de ce sujet est intéressante : on a utilisé l’expression "se faire des illusions", qui n’est pas une tournure philosophique, mais qui fait partie du langage courant. Les adolescents s’y reconnaissent probablement et cela limite les hors-sujets. C’est la thématique la plus rock’n’roll de cette année. Beaucoup de morceaux évoquent les illusions, la prise de conscience et la désillusion qui en découle. Ce sont des chansons du type "j’aime une fille, mais je n’ai pas été à la hauteur et je suis un minable". C’est monnaie courante dans le rock, on évoque ce qu’on pense être capable de faire puis on tombe de haut. Nirvana – Smells like Teen Spirit Cette chanson de Nirvana renvoie à la phrase de Pascal "le moi est haïssable". On a été prétentieux mais on n'a pas été capable, donc on se hait. Le thème est la mésestime de soi. Malheureusement, l’homme est condamné à se faire des illusions car il a des ambitions. Quand Kurt Cobain dit "it’s fun to lose" (c’est drôle de perdre), il sublime son échec. C’est l’expression même de la désillusion, c’est une pensée assez cynique. Quand il hurle les mots "a mulatto, an albino, a mosquito" (un mulâtre, un albinos, un moustique), il se dévalorise jusqu’à dire "my libido" qui est pour lui au niveau zéro, avec ce caractère grave encore renforcé par l’effet de guitare saturée à chaque mot. Deux autres propositions rock’n’roll pour ce sujet qui parle de la dévalorisation : Beck – Loser Extrait de la chanson : “Soy un perdedor / I'm a loser baby, so why don't you kill me?” (Je suis un perdant / Je suis un raté chérie / pourquoi tu ne me tues pas ?). The Offspring – Self Esteem Extrait de la chanson : “Now I know I’m being used / That’s okay man cause I like the abuse / I know she’s playing with me / That’s okay cause I got no self esteem” (Je sais que je suis utilisé / Pas de problème car j’aime l’abus / Je sais qu’elle joue avec moi / Pas de problème car je n’ai pas d’estime de moi). Je note cependant, qu’au contraire des hommes, les filles ont tendance à accepter davantage leur côté "loser". Meredith Brooks – Bitch Extrait de la chanson : “I'm a bitch, I'm a lover / I'm a child, I'm a mother / I'm a sinner, I'm a saint / I do not feel ashamed / I'm your hell, I'm your dream / I'm nothing in between” (Je suis une salope, je suis une amante / Je suis une enfant, Je suis une mère / Je suis une pécheresse, je suis une sainte / Je n’en ai pas honte / Je suis ton enfer, je suis ton rêve / Je ne suis rien entre les deux). Pink – Sober Extrait de la chanson : “I'm safe up high / Nothing can touch me / But why do I feel this party's over? / No pain Inside / You're my protection / But how do I feel this good sober?” (Je me sens en sécurité là-haut / Rien ne peut me toucher / Mais pourquoi je sens que cette fête est finie ? / Pas de douleur à l’intérieur / Tu es ma protection / Mais comment je me sens si bien sobre ?) L’art est-il moins nécessaire que la science ? (Série ES) Il y a peu de chansons rock qui parlent de la science. Mais on peut citer quelques chansons organiques qui évoquent le vivant, le souci de sortir de la mort et donc, de défier la science. Par exemple, Iggy Pop clame une certaine rage de vivre avec Lust for life. Iggy Pop – Lust for life Une autre possibilité : Nirvana – Heart-shaped box Extrait de la chanson : “Throw down your umbilical noose so I can climb right back” (Jette ton cordon ombilical que je puisse remonter). La liberté est-elle menacée par l’égalité ? (Série ES) Les sujets politiques et sociaux sont des classiques de la philosophie. Et justement le rock baigne dans la contestation ! Noir Désir – Un jour en France La chanson a une approche critique de notre devise : "On devra encore imprimer le rêve de l'égalité / On n'devra jamais supprimer celui de la fraternité". Elle met en lumière l’idée que la liberté est restreinte. Une autre chanson politique : Neil Young – Ohio Neil Young défend une idée de justice dans cette chanson écrite juste après que quatre étudiants soient morts dans une fusillade sur leur campus alors qu’ils manifestaient pour la paix en 1970 (Nixon vient d’annoncer une invasion partielle du Cambodge dans le cadre de la guerre du Vietnam), et donc pour l’égalité. La culture dénature-t-elle l’homme ? (Série S) Le sujet revient à dire : est-ce que ce que nous inventons d’un point de vue culturel modifie notre nature humaine ? Bien qu’il faille, en premier lieu, définir ce qu’est notre nature humaine ! Mickey 3D – Respire La chanson affirme que la culture, surtout technique, a une mauvaise influence sur notre nature. Qu’avons-nous gardé de naturel ? Les sentiments, les instincts, les désirs. Ce sujet nous pousse aussi à nous interroger sur ce en quoi nous nous transformons ? Des robots, des droïdes ? Mais qu’étions-nous avant ? Etc...etc...

samedi, janvier 17, 2015

Jack White


 Bizarre ce morceau me fait traverser plusieurs décennies de styles de Rock.

samedi, janvier 10, 2015

Living Loud - In The Name of GOD .

video

Through a veil of mystery they hide their eyes
By a burning Sky they watch their children cry
Dreams dissapear into the shifting sands
Now women dance alone in no mans land.

In the name of God we kill our brothers
Turn our fears on one another
Pass the Blame and run for cover
In the name of...

Standing in the shadows we just watch them die
And try to separate the truth from lies
Beneath the surface where the reasons dwell
There lies the darkness of the Wishing well.

In the name of God we kill our brothers
Turn our fears on one another
Pass the Blame and run for cover
In the name of...

Words of the meek will make the mighty fall
And bury them beneath the crumbling wall
we pray To God upon our bended knees
Each word spoken seems like blaphemy.

In the name of God we kill our brothers
Turn our fears on one another
Pass the Blame and run for cover
In the name of...

dimanche, janvier 04, 2015

Led Zeppelin Studio Magik





L’année 2015 démarre de façon exceptionnelle !

Mon 1er achat, un collector ;  Studio Magik de Led Zeppelin, toutes les sessions d’enregistrements  studio de 1968 à 1980.

Coffret de 18 CD sorti  par « The Godfather Box »  à 2500 exemplaires, le coffret est noir et or, accompagné d’un magnifique  booksleeve de 68 pages avec des photos quasi inédites et le détail des sessions d’enregistrements, dates, lieux.
Le son est extraordinaire, nous avons tous les enregistrements individuels avant mixage de tous les instruments  ainsi que les parties vocales.

On se rend compte que fabriquer un album est  un travail  d’Hercule, les riffs de la Gibson de Page sont enregistrés maintes et maintes fois avant de se coucher sur la matrice et ceci avant le travail de l’ingénieur du son.

Tout est pure, tout est studio, on entend même l’attaque du médiator sur la basse de John Paul Jones, c’est incroyable. Je suis bluffé !

Les parties de batterie de Bonham sont époustouflantes ! Quel batteur !

L’orgue, instrument de prédilection de mon associé SerpenS AlbuS,  est un peu absent, ce n’était pas le fer de lance du LZ.  Mais il y a des passages qui vous font cependant hisser le poil. Même le pubien, pour vous dire.

Les parties studio vocales sont à pleurer, pour « Since i’ve been loving you «  par exemple vous sortez 3 boites de Kleenex. 

Vraiment ce box est un véritable trésor, on a des versions d’enregistrement que l’on regrette quelles ne soient pas gravées en officiel. Cela dit, moi j’ai ce box de 18 CD et je bave tous les jours en l’écoutant.

PS : Le son est pourave sur You tube, mais sur ma Hifi c’est transcendant !

Voici un extrait.





samedi, janvier 03, 2015

Stocks




Stocks, les années 80, c'est en déambulant sur le blog de mon concurrent, Blog international tenue par une certaine oligarchie dont le président assouvie sa soif de contributions à l'ouest de notre pays (

LE DEBLOCNOT

 ) que je me suis aperçu que je n'avais jamais laissé de traces sur mon humble blog sur ce Ch'ti Band. La chose est donc enfin réparée.


dimanche, décembre 28, 2014

Death Wish II Music By Jimmy Page




En 2011 Jimmy Page republia une trentaine d'exemplaires de sa bande son du film "DEATH WISH II" avec son autographe et 1000 copies numérotées sans signature à raison d'une somme modique de 350 $ l'unité. Evidemment la côte a flambé depuis pour  acquérir ce CD.
Revenons à la réalité, pour 15 euros vous obtenez le pressage import de ce CD, pourquoi s'en priver ?




vendredi, décembre 26, 2014

Spiritual Beggars


Bon je n'avais pas trouvé un cadeau de Noel à mon associé SerpenS AlbuS.

Il faut dire que comme à mon habitude je me réveille à la dernière minute pour les cadeaux.

Je me gratte le cuir chevelu, je ferme les yeux, je tente de faire un effort pour contrôler mon cerveau et me dire ; tu vas avoir le déclic de génie. Mais rin ! rin de rin !

J'ai pris une page blanche, je l'ai divisé en deux en traçant une ligne au centre, d'un coté ce qu'il aime, de l'autre ce qu'il aime pas, cela commence par UMP à gauche et PS à droite, PSG à droite OM à gauche...Soda à droite, bière à gauche...

Puis mon stylo se figea.
Deep Purple à gauche... AcDC à droite...
Deep Purple... Bin oui mais c'est bien sur !

Le problème c'est qu'il a tout de ce groupe, les Lp, Cd, Dvd, Vhs, slips, Godemichet pourpre...etc

Donc, le seul cadeau que je puisse lui offrir est un ersatz !




jeudi, décembre 25, 2014

Kxm


On aime ou on aime pas. Moi j'ai toujours une attirance sur Dug, le bassiste vocal de Kings'X. C'est une longue histoire d'amour. Bon, revenons à l' actualité 2014 avant d'entamer celle de 2015. Kxm est à la mode des Supergroup comme la sardine est à l'huile. C'est un bon petit Cd à découvrir, mêlant groove et riffs dévastateurs sur tempo de drums façon éclate moi mon fibrome. Il faut pousser le potard du volume !

mercredi, décembre 24, 2014

Le meilleur ... pour la fin !

video

Juste pour le fun...

Merry XMAS !

video


Montrose - Mean (1987)


Vous ne trouvez pas qu'on a une vieille tendance à limiter la discographie de Montrose aux seuls deux albums dans lesquels Sammy Hagar tient le micro ?
Non? Si ! et bien on a grand tort.
Je ne vais pas consacrer ces quelques lignes aux deux disques (Warner Bros Presents... & l'excellent Jump On It ) sur lesquels Bob James remplace le Red Rocker (1975-1976) et entraîne le groupe vers un rock beaucoup  plus soft, flirtant allègrement avec le rock FM et allant jusqu'à caresser subtilement le rock progressif avec la sublime cover de Rich man et la pierre angulaire Merry-Go-Round.
Cette seconde formation mît discrètement la clé sous le paillasson.

video

En 1987, Ronnie Montrose souleva ce même paillasson, rouvrit la porte et fit entrer de nouveaux partenaites de jeux.
Mean a un goût de "reviens-y " et on plonge dans une atmosphère bien plus proche de la période Hagar que de la période James.
La musique y est définitivement binaire, basée sur les riffs de 6-cordes vitaminés (sans être toujours inventifs !), le tout en support d'un chant mélodique et puissant. Le micro est tenu par Johnny Edwards qu'on retrouvera, quelques années plus tard, sur le honteusement oublié Unusual Heat de Foreigner.


Tous les titres respirent les jams nocturnes et le tout , sans être transcendant, débouche quand même sur un honnête disque que toutes les bonnes oreilles découvriront avec plaisir.
Toutes ces qualités ne relanceront, certes, pas la machine , mais permettront à Montrose de clore définitivement sa discographie sur une excellente note, ce qui ne fût pas permis à tout le monde, loin s'en faut !

video

Happy Christmas !

Happy Christmas !

samedi, décembre 20, 2014

Led Zeppelin The Story

C'est Noel avant l'heure. Une histoire qui colle très bien à toutes les bibliographies qui sont sorties sur ce groupe de légende. Nous sommes pas loin de la véritable histoire. Des images, des témoignages proches de la réalité. Enjoy it !

vendredi, décembre 19, 2014

Jethro Tull

Je dédicace ce concert à ma belle Olive, Ma Olive à qui je rachète son Ipad, Son nouveau Ipad 128 MO va ingurgiter facilement ce concert. Attention, ma Olive est pas une girl friend, je dirais même qu'il est sévèrement "burné" ! Tiens ! fait de beaux rêves Olive en écoutant sous ton casque BOSE ce concert. Warning ! au début de la vidéo on voit que des images figées, mais après vous avez le concert en HD. Pelle baveuse Olive.

vendredi, décembre 12, 2014

Siena Root - Pioneers (2014)



Rien de mieux qu'une petite journée de congé pour relancer les activités vraiment importantes.
Ce post mijote à feu doux , sur le réchaud de la salle d'attente depuis presque 15 jours et , ce matin, j'ai bien vu le batracien directorial jeter un œil torve dans la casserole, se gratter le menton anoure en se demandant si tout cela n'allait pas finir par accrocher au fond.
Craignant pour ma prime de Noël, je remets donc mon bleu, enfile mes EPI et redescend dans l'arène.

Quasiment inconnus et totalement invisibles sous nos latitudes, les doux furieux suédois de Siena Root n'en sont pas moins à leur déjà sixième album !
J'ai dit dans un message précédent que Jon Lord n'était pas oublié...les autres non plus.
Siena Root s'est engouffré dans les couloirs du temps au côté des professeurs Newman et Phillips, mais alors que les deux scientifiques continuaient leurs voyages vers divers époques et aventures, l'escapade des musiciens suédois s'est bloqué nette le jour de la sortie de Deep Purple in Rock et ça s'entend tout au long de leur dernière production.

video

L'album s'ouvre assez étrangement sur Between The Lines, le titre le plus éloigné de l'univers pourpre, même si les bases sont déjà solidement posées et que la rythmique rappelle la machine de guerre qu'était alors l'association Blackmore-Glover-Lord-Paice.
7 Years sonne l'appel aux fans et Spiral Trip passe la deuxième couche. La guitare répond poliment à l' Hammond, on retrouve l'ambiance de duels virtuoses qui habitait tellement la légende Britannique. Je vous recommande particulièrement le solo de Clavier de Spiral Trip qui vous ramènera immanquablement à l'époque à laquelle vous écoutiez Deep Purple, allongé sur votre lit d'adolescence, le visage baignant dans les volutes de votre Gauloise Bleue.
Vient ensuite Root Rock Pioneers, mâtin de Wring that Neck et de Lazy (qui ne sont ni l'un ni l'autre sur In Rock, je sais !) qui clôt gentiment la face A...J'lai acheté en vinyl...moi aussi, j'ai du mal avec le monde actuel !


La face B s'ouvre sur The Way You Turn, titre choisi par le groupe pour promouvoir l'album et qui ne dénote pas de l'ambiance générale. La guitare y est plus blackmorienne (bel adjectif que nous utilisions bien fréquemment dans nos jeunes années!) que jamais.
Keep on Climbing et Going Down, chansons un peu plus passe-partout ne dénaturent en rien l'album et s'intègrent parfaitement dans un ensemble riche, prospère en bonnes surprises...la coda de Going Down en est une !
La fête (parce qu'on y est, je vous l'assure!) s'achève sur In My Kitchen , pièce psychédélique parfaitement réussie, habitée de Fender Rhodes parfaitement maîtrisés, d'une basse lancinante à souhait et d'une guitare subtile et éthérée. Ca dure presque 10 minutes sans qu'on s'en rende compte.

video

Bien sûr, il faut être amateur du genre et avoir suffisamment de mauvaise foi pour affirmer que l'histoire du Rock s'est arrêtée à l'aube des années 70, mais je ne suis pas à une crise de mauvaise foi près !
Pioneers sonne comme il y a quarante ans, et alors ? 
Cela ne va pas m'empêcher de le placer tout en haut de la liste de mes albums 2014 et j'serais peut-être pas tout seul !

samedi, décembre 06, 2014

Jon Lord


Un petit hommage sympa rendu par des fans ukrainiens au défunt maestro de Deep Purple...une statue de petite taille qui regarde vers la rivière et qui voisine avec d'autres célébrités locales ou internationales.
Musicalement, non plus, l'organiste à la moustache de phoques (je ne sais plus si c'est Bill Schmock ou Chistian Lebrun  de Best! qui l'avait surnommé ainsi !)   n'est pas oublié...mais de cela, je vous en parlerai plus tard...

jeudi, novembre 27, 2014

City Boy - Dinner at the Ritz (1976)

Je recycle...



Baroque'n'roll !
Surement mon album préféré de la discographie de ces talentueux Britanniques, discographie qui en compte au moins sept.
Encore un groupe qui a involontairement oublié de rencontrer le grand succès en dépit de qualités évidentes.
C'est que ces gars-là ne font pas dans la facilité.
Beaucoup de travail notamment sur les harmonies vocales, une musique qui frôle délicatement avec les différents courants de l'époque et de constantes résurgences de Glam Rock qui rappellent agréablement David Bowie et Mick Ronson de la période "Aladdin Sane"...du bon quoi.

video

Rien n'est vraiment à écarter dans cette suite de trouvailles toutes aussi surprenantes les unes que les autres.
Quelques bonnes chansons et surtout quelques pépites comme "Walk on the Water", "Narcissus" ou encore "State Secrets".
Le train ne repassera pas une seconde fois pour "City Boy", mais ce n'est pas vraiment une raison pour les laisser sur le quai de l'oubli (Ohlala ! je commence à écrire aussi bien que Benjamin Biolay, au secours !).

video

mercredi, novembre 26, 2014

Ape Machine




 Ape Machine, USA, 3 CD à leur actif. Celui-ci vient du second CD de 2011. Un style Black Sabbath.
J'aime bien la pochette.

lundi, novembre 24, 2014

Tall Stories (1991)


Dans la série "Les Bons Conseils de Tonton Alby ", voici un album qui vous aidera à passer gentiment un des longs et sombres week-ends qui arrivent bientôt...en me retournant sur le dernier, je me demande même s'ils ne sont pas déjà arrivés !
Tall Stories est le premier témoignage discographique de l'immense talent de Steve Augeri qui, heureusement pour nous, en gravât d'autres avec Tyketto et surtout Journey.
Ceux qui ne voient en Steve Augeri qu'un clone talentueux de Steve Perry ne changeront, certes, pas d'avis à l'écoute de ce disque, mais ils se diront certainement que ce chanteur est loin d'être inintéressant.

video

Ce n'est pas vraiment rare, mais sur cet album, il n'y a absolument rien à jeter.
Toutes les compositions occupent le dessus du panier du Rock FM US (y'en a un autre ?), tant elles sont évidentes, classieuses et mitonnées aux ingrédients magiques du genre.
Tall Stories sortit au moment de l'explosion du grunge et passa quasiment inaperçu, vite lâché par une maison de disques qui le vit tout à coup comme un anachronisme musical et décalé.


Le groupe s'arrêta de lui même et Augeri partit vers des aventures plus glorieuses et certainement bien plus lucratives.
Après la fin de l'aventure Journey, les quatre compères se retrouvèrent en 2009 pour un nouvel album, Skyscraper, bien moins réussi et quelques concerts, histoire de rallumer une flamme pleine d'espoir, mais bien trop faible pour briller trop longtemps...
Je ne sais pas si officiellement tout est terminé, mais j'attends des nouvelles de Steve Augeri, avec ou sans Tall Stories .

video

My cat listening Steve Vai

My cat listening Steve Vai