http://ranxzevox.blogspot.fr

mardi, décembre 05, 2017

Guthrie Golan








Je viens de découvrir cet album de 2013, enfin...album, pas tout à fait car uniquement accessible en téléchargement.


10 morceaux qui ne dépassent pas les 2 minutes 30, soit 23 minutes d'écoute et c'est justement le temps nécessaire pour que je fasse le trajet domicile / Taf,

Une véritable cure de luminothérapie en ces mois d'hiver sous le bon soleil de la West Coast.

Enjoy it !



vendredi, novembre 17, 2017

Cheap Trick & Daryl Hall



 Quand les grands esprits du Rock et de la Pop se rencontrent pour une Jam session. Un léger Sniff que Carlos soit brouillé sévère avec le groupe et qu'il soit de facto absent. C'est quand même rondement bien huilé et mention five stars pour Robin Zander.

 

dimanche, novembre 12, 2017

UFO - The Salentino Cuts (2017)


Au risque de faire hurler mes mânes adolescentes, je dois bien avouer que j'avais perdu tout intérêt pour UFO depuis quelques années. Les échos des indispensables "Obsession" et "Strangers in the Night" n'étaient plus que de bons, mais éloignés souvenirs.
Faut dire que les dernières livraisons de la bande de Phil Moog ne m'avaient guère convaincu, tant les compositions qui se succédaient, n'étaient que des copies  plutôt pâles de celles qui firent du groupe, une des briques de base du Hard Rock Britannique. Tout cela tournait sur lui même et me donnait l'impression d'acheter sempiternellement le même album.

Quand il fut annoncé qu' UFO allait mettre sur le marché un album de reprises, une petite loupiote s'est allumée au fin fond du bloc de béton qui me sert de machine à penser : et si cette idée leur donnait l'idée de produire quelque chose d'enfin original ?

Bingo !

Les 12 titres qui composent l'album, dressent un catalogue hétérogène de pistes qu'on ne s'attendait pas forcément à trouver là.
De "Heartful of Soul" des Yardbirds, en passant par "Break on Through" des Doors et "Rock Candy" de Montrose, UFO relit ces "classiques" sans les singer, mais tout en les respectant. 
Phil Mogg est comme toujours impérial et son arrière-garde, Rob de Luca terriblement efficace, Paul Raymond et Andy Parker présents juste comme il faut, Vinnie Moore, plus discret qu'à son habitude (ce qui n'est pas pour me déplaire !).

Mes préférences vont aux "Mississippi Queen" de Mountain et "Too Rolling Stoned" de Robin Trower qui retrouvent ici, de bien belles couleurs et redonnent à un vieux reptile l'envie de ressortir les versions originales.

A mettre sur sa liste au Père Noël !




samedi, novembre 04, 2017

ROBIN TROWER



De trés trés trés bons morceaux mais une très très très mauvaise production et mixage sonore ! L'ingénieur du son doit avoir le niveau CAP.

Un package sommaire, même si mon associé aurait dit l'important c'est le contenu... La, on se fout de notre gueule. Vraiment dommage.

Heureusement dans la foulée j'ai reçu Le " FARTHER ON UP THE ROAD" époque Chrysalis years de 1977-1983 ; Que du bonheur sur ce coffret de 3 CD reprenant 6 albOUMS : In city dreams, Caravan to midnight, Victims of the fury, B.L.T, Truce et enfin Back it up.

 

jeudi, novembre 02, 2017

Rush to release 40th-anniversary



 25 USD les 3 CD, si vous êtes dans la bonne fenêtre de conversion $ / € c'est pas cher l'achat ! Fabuleux album de RUSH, je le qualifie l'équivalent de l'album III de Led Zep. Un saut dans le médiéval teinté de sons électriques, imaginez vous de déambuler dans une ruelle de Paris en 1604 éclairée par un néon... Je tiens à vous rassurer sur mon associé non  actif, il est cloué au lit suite à une grippe, nous sommes entrain de lui poser des cataplasmes à la moutarde sur le dos et ventre pour le remettre
en selle.

 

mercredi, novembre 01, 2017

Rossington

Gary Rossington , le légendaire membre fondateur et guitariste de Lynyrd Skynyrd et son épouse, Dale Krantz-Rossington, que beaucoup appellent The First Lady de Southern Rock, ont sorti en 2016 un nouvel album bluesy, sincère et accrocheur Take It On Faith. Le duo fait de la belle musique ensemble depuis plus de 35 ans à partir de quand Dale a ouvert pour Skynyrd en 77 pendant qu'elle chantait avec 38 Special, puis dans le Rossington Collins Band dans les années 80. Un album a rechercher en occasion en vinyle ( car c'est la mode ) et à écouter devant son feu de bois bien au chaud.

mercredi, octobre 11, 2017

Gentle Giant - Three Piece Suite

Ce CD Blu-ray + Digipak contient le nouveau mastered de Steven Wilson en son DTS 5.1. De plus, le Blu-ray contient des vidéos animées, des mixes instrumentaux de toutes les pistes comme tous les trois albums originaux. Les trois premiers albums de Gentle Giant, «Giant», «Acquiring The Taste» et «Three Friends», sont des classiques de l'histoire du rock (prog). Le total de neuf pistes pour lesquelles des bandes originales ont pu être trouvées a formé la base de Steven Wilson, qui a créé de superbes mixages 5.1 en stéréo pour cette version très spéciale. En tant que Bonustracks, Wilson a mixé la chanson "Freedom's Child" précédemment publiée et une adaptation de "Nothing At All" en 7 '', également en 5.1 et 2.0. «Three Piece Suite» comprend les chansons «Giant», «Nothing At All» et «Why Not» des premiers albums «Giant», «Pantagruel's Nativity», «The House», «The Street» et «Schooldays». ',' Peel The Paint ',' Mr. Class et Quality ' 'Et' Three Friends 'de leur troisième album' Three Friends '. The Bonustrack 'Freedom's Child' est issu des premières sessions d'enregistrement avec le légendaire producteur Tony Visconti. Le livret contient des notes détaillées et intéressantes du journaliste Anil Prasad, dans lesquelles les membres du groupe rappellent l'origine des trois albums. De plus, Tony Visconti décrit la collaboration avec le groupe, ainsi que l'impression durable que ce groupe unique a laissé sur l'histoire du rock.

dimanche, octobre 01, 2017

On s'en fout...mais on vous le dit quand même !

Et oui...Hardmaisrock vous le dit quand même !

Pour 50000 dollars, Gene Simmons viendra vous livrer, lui-même, à la maison, sa dernière production, à savoir un coffret de 10 CDs, regroupant, plus de 150 titres inédits et autres chutes de studio, sobrement nommée "The Vault".
Pour info, la version sans porteur "spécial" grimpe déjà à 2000 dollars !


Sacré Simmons !
Certes la gêne (celle-là, vous me la pardonnerez ! ) ne l'a jamais étouffé, mais, dans cette opération, la seule chambre forte qui va se remplir, ce sera la sienne !
Vous me direz un peu plus, un peu moins !

Bob Kulick : Skeletons in the Closet (2017)


Sous cette pochette pas très réussie, se cache un bien joli moment de rock'n'roll.
Attention, pas un de ceux qui vont changer votre vie, mais un de ceux qui vous feront passer un bon petit moment dans une journée pas forcément inoubliable.
Les disques n'étant pas, pour le moment, inclus dans l'assiette de l'ISF, je ne peux que vous conseiller d'investir dans ce signe extérieur d'allégresse intérieure.

Pas vraiment la peine de présenter Bob Kulick,, il suffit de dire qu'il traîne sa 6-cordes depuis presque une cinquantaine d'année sur la scène rock et qu'il était un membre distingué de BALANCE, dont le fameux "In for the Count" reste, pour moi un des meilleurs albums de rock FM des 40 dernières années (avant , je ne m'en souviens plus !).
Il a aussi côtoyé Graham Bonnet dans BLACKTHORNE (j'aime moins). 



50 ans de carrière et 1er album solo !

Du beau monde au générique : Dee Snider, entre autres chanteurs, Rudi Sarzo, Vinnie Appice et bien sûr Bruce, le frère, ex de chez KISS et qui passe de la guitare à la basse (qui est d'ailleurs aussi une guitare !) aussi facilement que vous de la poire au fromage.

10 titres :  5 inédits + 5 autres, reprises ou non, d'anciens titres des anciennes collaborations de Kulick.
A noter, une livraison anachronique de "Goldfinger" de la franchise James Bond.
Prenez le temps de lire les explications de Kulick sur l'origine des titres qui remplissent ce cercle de matière plastique et vous découvrirez comment un thème travaillé sur commande pour un épisode de "Bob l'éponge" peut finir sur un CD sous le titre "Can't stop the Rock".

Un disque bourré d'énergie, de gimmicks flatteurs, mais aussi, de prouesses techniques qui enchanteront les aficionados du manche à gratter...j'en connais et qui lisent ces pages.





vendredi, septembre 22, 2017

dimanche, septembre 17, 2017

Art mais Rock


Un Ange (re)passe...


C'est pas tous les jours qu'on reçoit un message du ciel.
Message qui, certes, ne changera pas la menée du monde...notre monde qui n'attend plus rien de là-haut (à part la pluie !) et n'entend un message que s'il est posté sur Twitter !

Angel a beau n'avoir joué qu'en division 2, je connais une bonne poignée d'anciens qui va se réjouir de revoir ces trois-là côte à côte. Leur musique pouvait paraître un peu toc et simpliste, n'empêche que ces types avaient su trouver quelque chose qui les faisaient sortir de l'ordinaire...une image sans doute !

"Lost and Lonely" n'est pas pire que tout ce qui sort, dans la genre AOR, en ce moment et rappelle ( aux Suédois, surtout !) que les rois du genre restent immanquablement les Ricains.
Frank Dimino est plutôt plus à l'aise qu'à la grande époque, ce qui ne fait qu'apporter un peu plus de plaisir à la découverte de cette nouvelle offrande.

Pour le moment, disponible uniquement en téléchargement légal, bien sûr !


Motörhead : Under Cöver (2017)


Dans la répartition des tâches (notre rédaction étant superbement organisée !), Motörhead se trouverait plutôt dans le portefeuille de la Grenouille Directoriale. 
Je la vois encore, l'œil égrillard (celui que Freddy promettait régulièrement de lui arracher !), le sourire en coin, nous présentait, à la fin des années 70 , la pochette noire du premier album de la bande à Lemmy, qu'il avait déniché chez un quelconque dealer interlope de cire noire. Je revois encore le label du 33, sorti   sur Chiswick records, label qui représentait le plan de ce célèbre quartier londonien.



Maintenant que Lemmy a raté sa dernière marche, les noirs exécuteurs testamentaires de la franchise Motörhead vont travailler  les archives et nourrir les fans, et les autres, de plats plus ou moins digestes, sensés entretenir la flamme et coincer les crampes des estomacs en manque.

Il y a déjà eu un live, l'année dernière et voici, oh géniale idée, une compilation de reprises, toutes quasiment venues d'albums "tribute", auxquels le trio ne rechignait pas à apporter son obole.

On y croise des covers de Judas Priest, des Stones , des Sex Pistols (God Save The Queen, vidéo du ↑), de Nugent, d'Ozzy, des Twisted Sisters et même de Metallica, c'est pour dire.
Un petite curiosité reste la version de "Starstruck" du Rainbow de Ritchie Blackmore exécutée le long d'un mur avec la complicité de Biff Byford des non moins-vaillants Saxon ( vidéo du ↓).


A part Heroes de David Bowie qui a servi au lancement de ce premier missile, rien de bien neuf à mettre sous le peu de dents qu'il nous reste et à remplir les creuses du fond...
Tt vu, tout ce qui traîne encore un peu partout, nous ne sommes pas à l'abri d'un volume 2...les corbeaux y pensent sûrement déjà.

C'est pas que ce soit désagréable à écouter, loin de là, mais à réserver aux fans ou aux nostalgiques...nous entrons tous dans une de ces deux catégories.

samedi, septembre 16, 2017

Savoy Brown - Witchy Feelin'



 Un très très vieux band, underrated, attardez vous sur leur prod, c'est du blues rock bien poli avec un peu de crème chantilly. En bagnole sur une 2 voies sur Highways, ( oui, nous sommes en France non au States ) sur la route Napoléon , heu... sur la 66, c'est le pied dans les esgourdes !

 

dimanche, septembre 10, 2017

A Night at The Movies


Cette photo serait la première que la production de "Bohemian Rhapsody", le futur biopic consacré à Queen et dont la sortie est prévue fin 2018, ait laissée fuiter dans la médiasphère (via Twitter bien évidemment, j'ai rien vu dans le Parisien Libéré!).
C'est Rami Malek qui y tiendra le rôle du "Great Pretender" et il faut bien avouer qu'à y bien regarder, les équipes de maquillage ont l'air d'avoir fait un sacré boulot.
En espérant, que le film apportera bien d'autres sujets de satisfaction.

vendredi, septembre 01, 2017

Nino Ferrer



Bonsoir Mesdames, Messieurs et demoiselles ( en reste t-il beaucoup ? ) Je vous présente un underrated chanteur français, il faut découvrir ce chanteur qui a abordé le Rock Progressif bien avant
l'heure.

dimanche, août 27, 2017

Shadowman - Secrets and Lies (2017)


Finalement, si on pouvait reprocher une seule chose à ce cinquième album de SHADOWMAN, ce serait de ressembler méchamment à ses 4 prédécesseurs.
A cela une seule explication: le timbre, si particulier, de la voix de Steve Overland qui, quel que soit le projet auquel il participe, le rend immédiatement reconnaissable.

Pas vraiment un super groupe, comme on nous en annonce tant désormais, mais, tout de même, une sacrée bande de vieux routiers du rock qui n'ont plus rien à prouver à la planète entière ou du moins ce qu'il en reste : Outre Overland au chant, on retrouve Steve Morris (Heartland, Ian Gillan) à la six-cordes et aux claviers (appuyé sur les touches par Didge Digital), Chris Childs à la basse et Harry James à la batterie; et oui, rien de moins que la charnière centrale et rythmique de THUNDER.

Un hard FM très britannique, c'est à dire bien léché, et très très mélodique, typique du travail habituel de Steve Overland et de Steve Morris dont je ne comprends pas que la réputation de guitariste ne soit pas plus défendue: son jeu est limpide , précis et bien plus maîtrisé que la bande de shredders principalement US dont on nous rabat les oreilles.

D'excellents moments sur ce disque, et notamment _est-ce bizarre ?_, les trois  dont le titre n'est fait que d'un seul mot (Gravity / Automatic /Contagious), mais, les autres ne sont pas à négliger pour autant, et la somme des douze pistes qui composent l'entité vous permettra de passer tranquillement une bonne quarantaine de minutes.
Sur une vie c'est un bien petit sacrifice qui vous est demandé là !

-Gravity-

-Automatic-

Pas grand-chose de disponible sur le tube, alors j'ai fait moi-même. On peut donc, railler la qualité, mais, en silence, s'il vous plait.



mardi, août 22, 2017

On s'en fout...mais on vous le dit quand même !

Et oui, HardMaisRock vous le dit quand même !

Il semblerait que le casting du film biopic consacré à Freddy Mercury et à Queen soit enfin finalisé.Le projet, pour le moment, est présenté sous le titre tout en originalité de "Bohemian Rhapsody" - mais où vont-ils donc, chercher de telles idées?

Les quatre finalistes sont :
- Rami Malek = Freddy Mercury
- Gwilym Lee = Brian May
- Ben Hardy = Roger Taylor
- Joe Mazello = John Deacon



N'étant pas  spécialiste es-cinéma et n'ayant jamais entendu parler de ces quatre gentlemen,je me garderai bien du moindre commentaire sur la légitimité de cette distribution des rôles.
J'espère seulement que l'œuvre qui nous sera livrée, sera d'une toute autre qualité que celle de "Jimi, All is by my Side (John Ridley) ou autre"The Doors" (Oliver Stone) qui m'ont, tous les deux, donné envie de revoir "Au Bon Beurre"(Édouard Molinaro)...c'est pour vous dire.

Afin de satisfaire pleinement les Queenophiles et de les rassurer sur mon statut assumé de Queenosceptique, je poste ci-dessous, la vidéo de mon titre favori de la Reine...ils n'en feront qu'une bouchée !


My cat listening Steve Vai

My cat listening Steve Vai