http://ranxzevox.blogspot.fr

samedi, novembre 17, 2018

Blood of the Sun - Blood's Thicker Than Love


Dans la série, le Dirlo en a déjà parlé .

Ce disque, je l'ai acheté pour 2 raisons:

1- Je ne peux pas résister à une pochette quand elle a de la Classe !
2 - Mon disquaire a usé du seul argument auquel je ne saurais résisté: (Ça ressemble à Deep Purple !)...je devrais réfléchir à en changer; économiquement, j'y trouverais peut-être mon compte.

Bonne pioche, en tous cas, avec ce "Blood's Thicker Than Love" dont, on peut dire, qu'il a des qualités bien autres que celle d'être (suffisamment) inspiré par la bande de Ian Gillan.

Moi qui crois tout ce que je lis sur Internet, j'ai appris que "Blood of the Sun" est comme un bon whisky, à savoir que le groupe a ses 15 ans d'âge et qu'il en est à son cinquième album.
Faut bien dire que la référence à Purple est surtout due à la présence d'un Hammond particulièrement audible et aux incessants duels guitare-claviers qui pullulent tout au long des 6 titres (durée moyenne dans les 7 minutes pour chaque ! ) qui garnissent la galette.

Ça a beau être ricain, ça sonne pourtant foutrement british et un tantinet  NWOBHM.
Vous vous souvenez de "White Spirit", le gang dans lequel Janick Gers a fait ses débuts discographiques et bin voilà, on dirait un "White Spirit" auquel on aurait ajouté quelques cylindres, modifier le carbu et ajouter quelques litres de nettoyant injecteurs "Wynn's" pour que le moulin tourne mieux, plus vite et que le pot crache un peu plus propre !

En clair, c'est fichtrement bien !

Ça sonne 70ies juste comme il faut et heureusement, pas aussi lourdement que certaines des têtes d'affiche de l'actuel revival - là, je pense à deux groupes que je ne citerai pas, afin d'éviter une réprimande  du rédac' en chef et garantir ma prime de fin d'année - que j'ai vues en concerts et qui m'ont donné envie de partir avant la fin.

Pas le moindre risque avec ce disque qui vous portera gentiment du début à la fin, sur un tapis bien tressé et aux couleurs variées et assumées.

J'ai une petite préférence pour "Keep The Lemmy's Coming" qui ouvre les hostilités et surtout pour "Air Rises as You Drown" (joli titre ! ) dont les 8 bonnes minutes vous plongeront dans un bien agréable moment de vie...8 minutes par ici, 8 minutes par là, c'est toujours ça de pris.



2 commentaires:

Hard Round Tazieff a dit…

Ha oui...
Ca date de quand cette galette ?

Serpens Albus a dit…

Du mois dernier...enfin avant-dernier !

My cat listening Steve Vai

My cat listening Steve Vai