http://ranxzevox.blogspot.fr

samedi, août 01, 2015

Gillan / Glover : accidently ON PURPOSE


"C'est peut-être le meilleur album que j'ai jamais enregistré..." : C'est en ces termes un peu étonnants que Ian Gillan parle de accidently ON PURPOSE, l' album qu'il nous propose, en 1988 et en duo avec son vieux complice Roger Glover.
Mis à part cette phrase qui peut sonner un peu bizarrement aux oreilles de l' OP (Orthodoxie Pourpre = congrégation dont les membres dotés de cerveau taillés dans un silex privé de ses qualités pyromaques et dont seul le ciseau à froid accompagné du marteau de Vulcain  peut un tantinet  ébranler les certitudes élevées au rang de dogmes : ndlr!), il faut bien avouer que cet album a un petit quelque chose, peut-être pas de magique, mais pour le moins d'intéressant.

video

Après l'arrêt précipité de la tournée House of Blue Light , consécutivement à la fracture de la main de Ritchie Blackmore, les deux compères décident d'occuper leur oisiveté retrouvée en enregistrant le disque qu'ils avaient toujours voulu faire et retravaillent les chutes des derniers travaux  studio de Deep Purple, qui ne correspondaient pas au registre habituel du dinosaure.
Ici pas de grandes démonstrations techniques, pas de riffs incandescents, pas d'envolées lyriques et parfois mégalos, juste quelques chansons sans trop de prétentions et dont la seule référence est le bon vieux rock'n'roll.

video

Précédé des deux excellents singles She Took my Breath Away et Dislocated, l'album ne fut pas un grand succès commercial, lâché par une maison de disques (Virgin !) qui ne misa pas un kopek sur l'affaire sans en avertir les artistes qui se débattirent avec leurs propres moyens pour en assurer la promotion :plusieurs passages télé (pas toujours très glorieux !) et rafales d'interview.
Quelques titres trouvèrent leur place dans les charts et la reprise de Lonely Avenue trouva même sa place dans la bande originale de Rain Man, carton cinématographique avec Dustin Hoffman et Tom Cruise.


Seuls les fondus attendent impatiemment une suite à cet album et , régulièrement, Ian Gillan et Roger Glover sont interrogés sur la question.
Big Ian, dont on connait l'humour, fait quasiment toujours la même réponse : "Avec Roger (ça rend bien moins bien en français, non ?), nous en parlons  souvent et qui sait ce que le futur nous réserve...".

 

Par pur plaisir, je viens de me lancer dans la traduction de Child in Time, autobiographie aujourd'hui partielle de Ian Gillan (parution 1993!).
Vu mon rythme habituel de travail, ça ne sera pas dans vos chaussettes pour la Noël, mais toutefois, si cela peut intéresser quelqu'un, l'envoi en sera gracieux et comme, nous serons tous à la retraite d'ici là, nous aurons tous largement le temps de nous  pencher sur cette lecture que je n'hésite pas déjà à qualifier d'essentielle !

4 commentaires:

Hard Round Tazieff a dit…

Dans cet album seul la coupe de cheveux de Ian me plait.
Album déconcertant.
On dirait un pari sur la plus mauvaise blague vinylesque à sortir cette année la.
Non.
A passer à la trappe.
Dis mon coco, je te laisse pas des plombes avec un salaire 4 X supérieur au SMIC pour me poster des blagues !
Je vais revoir ton contrat.

Hard Round Tazieff a dit…

Pour la traduction c'est ok for me.

Mais je vais acheter le bouquin d'origine, dès fois que tu te fasses du gras sur le dos des Purpeliniens.

Serpens Albus a dit…

Au SMIC pakistanais...merci de le préciser !

Hard Round Tazieff a dit…

Non, Tu es basé à Bingalore de mémoire !!!
Encore des frais ?

My cat listening Steve Vai

My cat listening Steve Vai