http://ranxzevox.blogspot.fr

dimanche, avril 05, 2015

CWT - The Hundredweight (1973)


C'est à l'occasion de la réédition (2010) de son unique album (et aussi des commentaires dithyrambiques et unanimes qui l'accompagnaient !) que j'ai découvert CWT.
Orné d'une pochette que ne renierait pas Black Sabbath, l'album est très typé 70ties ; l'influence du Sab y est d'ailleurs bien présente, ne serait-ce que dans la guitare passée au phaser sur la seule reprise du disque Signed DC (deuxième vidéo !) - titre signé Arthur Lee  ou encore les thèmes développés sur d'autres pistes telles que Widow Woman (première vidéo) ou Mephistophales (troisième vidéo) .

video

CWT est un de ces groupes britanniques qui fit la quasi-totalité de sa carrière en Allemagne . Son unique production n'est d'ailleurs jamais sortie en Angleterre, la maison de disques était, elle aussi, teutonne.
Les trois membres du groupe, qui n'ont guère laissé d'autres traces dans l'histoire du rock, se sont abondamment nourris des grosses pointures de l'époque, les références et les hommages fusent de partout    - écoutez la fin de Mephistophales et vous entendrez ce que je veux dire.

video

La particularité de CWT, car il y en a une, c'est d'intégrer une section de cuivres à tout cela. 
En général, dans le domaine, il n'y a pas de juste milieu...les cuivres, on aime ou on aime pas (je me souviens de parties de rigolades avec les copains, à l'écoute du Private Eyes de Tommy Bolin !)...je ne cours pas après, mais bien utilisés, ils peuvent incontestablement renforcer la texture d'un morceau, gonfler la puissance d'un riff et accentuer à l'extrême un break ou un pont.


Et c'est bien là, le coup de force réussi par CWT, changer nos habitudes sans nous bousculer...les cuivres sont bien présents mais jamais envahissants et tellement intégrés qu'on ne peut s'empêcher de penser que, sans eux, le disque serait bien moins réussi et peut-être même dénué du moindre intérêt.
A découvrir d'urgence par tout ceux qui ne veulent non pas tenter une nouvelle expérience - à  nos âges, ce serait un comble - non ! juste prendre un petit itinéraire bis. 

video

3 commentaires:

Hard Round Tazieff a dit…

T'aurais pu me demander mon avis ?
Déjà commenté sur ce blog mais perdu dans la masse.
Enfin ! Je ne regrette pas que tu remets en avant ce groupe underrated.
Il mérite sa place dans le top des albums qui font mal aux oreilles.

truffe a dit…

merci pour l'article

Bruno a dit…

Cela fait plaisir de voir (revoir) un article sur ce très bon et singulier opus.

My cat listening Steve Vai

My cat listening Steve Vai