http://ranxzevox.blogspot.fr

dimanche, juin 29, 2014

Chrissie Hynde - Stockholm (2014)


Je me suis intéressé à Chrissie Hynde  et aux Pretenders, d'abord par amitié, puis par fidélité.
Nous (le patron et moi) avions un pote (parti depuis plusieurs années) qui avait affirmé au moment de la sortie de leur premier album : Ces gars-là (sic !), dans trente ans, on en parlera encore...il disait cela de toutes les groupes punk et new wave qui fleurissaient à l'époque et qui ont, tous , tenus au plus deux ans , à notre (celle du patron et la mienne), il faut bien l'avouer, grande joie.
Mais Chrissie Hynde, elle avait quelque chose en plus...elle savait (elle sait toujours !) faire sonner trois simples accords comme personne et broder des mélodies efficaces.

video

Chrissie Hynde ne change pas !
Bien sûr, les années ont fait leur travail et son visage s'est un peu raviné, mais, elle promène toujours cette impeccable silhouette à la Emma Peel.
Cela aussi, ça lui plaisait à notre regretté copain.
Il était toujours raide dingue d'une célébrité quelconque.
Nos dernières rencontres avaient été constellées de déclarations enflammées au sujet de Jenna Jameson (une star du X US que je connaissais pas à l'époque...je me suis rattrapé depuis...je viens d'aller voir des photos sur Google...je me demande ce qu'il en penserait maintenant que la chirurgie esthétique l'a transformée en poisson chat !).


"Stockholm" est présenté comme le premier album solo de Chrissie Hynde !
Mais depuis la mort de Peter Farndon et surtout celle de  James Honeyman Scott , tous les albums des Pretenders ne sont-ils pas des albums solo de la belle Chrissie ?
"Stockholm" sonne un peu comme une album de Roy Orbison, dernière époque avec ses guitares épurées (portées à l'occasion par Neil Young et John McEnroe !) et cristallines, ses chansons courtes et ses mélodies sirupeuses.
Car, c'est bien cela que les bien-pensants du rock vont reprocher à ce disque : sa tendance à tomber dans la facilité et dans l'accessible plutôt que de rester dans l'orthodoxie imposée par un nom et une réputation.
Ceux qui aiment les bonnes choses chaudes et réconfortantes s'empareront de l'objet et de son contenu, sans se poser trop de questions et apprécieront de vivre un moment, pas hors du temps, mais bien agréable quand même.

1 commentaire:

Hard Round Tazieff a dit…

OUI, R.I.P à ce pote, je me suis tellement " fritté" avec lui pour ces goûts à l'époque, Lou Reed, and so on, un jour il faudra que l'on parle de lui en tête à tête car je pense que te le connaissais plus que moi ayant partagé des moments intenses, moi, j'étais ailleurs. Je te rassure seulement 5 minutes pour me condenser la raison de sa disparition. J'ai une envie de picher qu'un gosse de 2 ans y a brairo... Je reprends souvent son expression.

My cat listening Steve Vai

My cat listening Steve Vai